- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Mosquée d’Annecy : le projet invalidé par le tribunal

Mosquée Annecy : le projet invalidé par le tribunal

Nouveau coup dur pour les musulmans d’Annecy. Vendredi dernier, le tribunal administratif de Grenoble a invalidé le projet de construction d’une nouvelle mosquée, après avoir en mars dernier suspendu le permis de construire délivré en décembre 2008 par la mairie d’Annecy.

Une précédente annulation

Ce même tribunal avait déjà en mai 2008 annulé un premier permis de construire qui a contraint l’association en charge du projet, Nouvel Avenir, à repenser l’architecture de la mosquée : le bâtiment perdait cinq mètres en hauteur.

C’était peine perdue : la mairie aurait délivré un permis de construire sans tenir compte des règles en matière de PLU (plan local d’urbanisme). Les riverains qui pointaient les difficultés de circulation à venir reprochaient par ailleurs à l’édile d’offrir à l’association Nouvel Avenir une subvention déguisée.

Mosquée Annecy : le permis de construire a été annulé
Ancienne future mosquée d’Annecy

Avérée ou non, cette pratique est très largement répandue chez les représentants de l’Etat, qui dans le même temps quand ils sont à Paris n’hésitent pas à dire tout le mépris qu’ils ont des musulmans, comme on a pu le constater avec la polémique autour de la burqa [1] – qu’il ne faut plus appeler “burqa” mais voile intégral (sic).

Au-delà du cas d’Annecy

Au-delà du cas d’Annecy, c’est la dignité des musulmans qui est en jeu. Combien de temps encore vont-ils céder aux sirènes d’élus rompus au clientélisme et à l’islamophilie électoraliste ? Que faut-il pour que les musulmans cessent de quémander de l’aide alors même qu’ils ont largement les moyens financiers de construire en toute indépendance leurs propres édifices religieux ?

Comment peuvent-ils continuer à nourrir les desseins carriéristes de tous ces députés (et/ou) maires qui n’hésitent pas à vomir sur l’islam et les musulmans au nom de la laïcité, cette même laïcité qu’ils bafouent allègrement en offrant des terrains pour la construction de mosquées ou en finançant d’une manière ou d’une autre la construction des bâtiments ? Pour être respectés, il faut être respectables.

Au fond, les musulmans n’ont pas besoin de toutes ces subventions et autres financements borderline. Ce dont ils ont besoin, c’est de se prendre réellement en main et de rompre avec cet état d’esprit très français qui consiste à tout attendre de l’Etat.

Derrière les projets de mosquées-cathédrales…

Depuis plusieurs années, les projets de mosquées-cathédrales, comme d’aucuns les appellent, fleurissent dans tout l’Hexagone. La course à l’échalote, les influences extérieures et les enjeux politiques (voir Bientôt les élections du CFCM. Que faudrait-il changer ? [2]), incitant les responsables de mosquée à voir toujours plus grand.

Sauf que l’on ne peut vouloir bâtir des édifices à plusieurs millions d’euros sans se résoudre à une gestion quasi entrepreneuriale : business plan, stratégie de communication, stratégie “commerciale”, embauches ne serait-ce que d’une seule personne, même à mi-temps, pour la gestion des affaires courantes, etc. Or, les responsables de ces projets titanesques ne sont ni disposés ni formés à une telle révolution des mentalités.

C’est donc ainsi que les projets de mosquée en France prennent plusieurs années avant d’aboutir et que les musulmans vont de compromission en compromission fermant les yeux sur le mépris dans lequel les tiennent leurs “partenaires” officiels.

Crédit photo : Nouvel Avenir [3]