- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Hajj : pas de certificat médical pas de visa

Hajj [1]. Depuis la réunion des ministres arabes de la santé, au Caire, en juillet dernier, et les décisions qui y ont été prises, le monde musulman était suspendu à la décision de l’Arabie saoudite, seule à décider des restrictions éventuelles à prendre pour le hajj (pèlerinage à La Mecque). Khaled al-Merghalani, porte-parole du ministère de la Santé, vient de confirmer que l’Arabie saoudite allait suivre les recommandations de ce sommet. Comme prévu, les enfants de moins de douze ans, les personnes de plus de soixante-cinq ans et toute personne souffrant de maladie chronique seront cette année interdits de hajj (voir : Hajj 2009 : interdit aux moins de 12 ans et aux plus de 65 ans [2]). Le nombre de visas ne sera pas revu à la baisse et les quotas par pays demeureront inchangés.

En revanche, les conditions d’attribution des visas vont être plus sévères que les années précédentes et adaptées au contexte actuel. Tout prétendant au pèlerinage devra fournir un certificat médical attestant qu’il ne souffre pas de maladie chronique. Nous en savons un peu plus sur ce point : sont exclues toutes les personnes souffrant chroniquement d’affections touchant le cœur, les reins, le foie, le poumon, mais aussi les diabétiques, les personnes obèses et celles ayant des problèmes d’hypertension. Il faudra par ailleurs pour pouvoir obtenir son visa avoir été vacciné contre la grippe. Aucun visa ne sera délivré à qui ne satisfera pas à cette demande. Par ailleurs, lors du hajj à proprement parler, le masque sera obligatoire lors du tawaf autour de la Kaaba (circumbulation), lors des jamarat (lapidation de Satan) et pendant Arafat.

Quatre millions de doses de vaccins sont attendus pour octobre. S’agissant de la umra, les règles demeurent inchangées. Avec 600 personnes infectées par la grippe porcine et 7 décès, le Royaume prend très au sérieux cette pandémie.


Carte mondiale de l’évolution de la propagation du virus A H1N1

Des hôtels qui ne font pas le plein avant ramadan

Selon Arabian Business, qui rapporte l’information, les hôteliers de La Mecque, habitués à une forte affluence dès le mois de ramadan, font face à une désaffection des pèlerins. Alors que le mois de ramadan annonce le début de la haute saison, cette année, les annulations de réservation se multiplient. La crise financière et la pandémie de grippe porcine sont les deux raisons évoquées par les hôteliers, qui ne craignent pas, malgré tout, que cette situation se répète pendant le hajj, période pendant laquelle le taux de fréquentation devrait être à son maximum. In châ’a-Llâh.

Crédit photo [3]