- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Ramadan : les Quarante hadiths d’An-Nawawi, 4e meilleure vente de livres en France

Ramadan [1]. Comme vous le savez, les éditions Al-Bouraq commercialisent, depuis 2005, leurs ouvrages dans différents supermarchés de l’Hexagone. Disponibles d’abord chez Carrefour, les livres islamiques ont ensuite fait leur apparition chez Auchan, où l’on trouve désormais des gondoles estampillées « Al-Bouraq ».

On s’était habitué, depuis quelques années, à trouver de la littérature musulmane dans les rayons de nos supermarchés. Mais voilà que le Journal du Dimanche nous apprend que ce dont nous parlions déjà en 2006 (voir Bien mal compris ne profite jamais [2]) prend des proportions jusque-là jamais atteintes.

Le Coran dans l’allée centrale de 170 supermarchés

L’éditeur arabo-musulman Al Bouraq, premier à avoir intégré le circuit de la grande distribution, fait le même constat. Pendant le mois du jeûne, ses ventes – de livres de prière ou de cuisine – décollent. A tel point que l’an passé, au mois d’août, le recueil des Quarante hadiths de Nawawi s’est hissé à la 4e place des meilleures ventes de livres en France (catégorie essais et documents), selon le palmarès de Livre Hebdo. Du coup, cette année, un stand Al Bouraq sera placé en allée centrale de 170 hypermarchés.

Source : Le JDD.fr [3]

Les Quarante hadiths de Nawawi, l’un des ouvrages de référence en sciences islamiques, 4e meilleure vente des livres (catégorie essais et documents) en France au mois d’août 2008. Rien que ça ! L’édition d’Al-Bouraq a été à l’époque tirée à 10 000 exemplaires et a caracolé en bonne place dans le classement établi par Livres Hebdo devant des ouvrages de grandes maisons d’édition (Le Cherche Midi, Robert Laffont, Presses de la Cité). Mais ce n’est pas tout.

Selon un autre classement, celui du Figaro Magazine, deux autres ouvrages, toujours aux éditions Al-Bouraq, ont eux aussi occupé de bien belles places : les 50 rabanna et les Hadiths qudsi, toujours de Nawawi, ont respectivement occupé les 6 et 8e place. Si cette information surprend, elle est tout à fait prévisible.

Au-delà du halal, des consommateurs musulmans

On a longtemps considéré le marché de la viande halal comme l’unique marché porteur. Les musulmans eux-mêmes réduisent encore le halal à la seule viande. Pourtant, c’est au sens large qu’il faut entendre halal, c’est-à-dire licite, propre à la consommation. Au-delà du marché du halal, c’est le marché des consommateurs musulmans qui aujourd’hui pèse.

Nous ne le répéterons jamais assez, la révolution sociologique – et silencieuse – qui s’opère depuis plusieurs années en France, celle des musulmans de France, permet l’émergence d’un marché très important et même d’un puissant relais de croissance, devenu même incontournable.

Cette réalité, dont peu d’acteurs économiques mesurent le potentiel, a pris ces derniers jours un sens tout particulier avec notamment une médiatisation de ce que représente aujourd’hui, d’un point de vue économique, la communauté musulmane. La couverture médiatique du ramadan, cette année, est à cet égard inédite : tous les médias ont traité du mois de ramadan sous l’angle économique.

Certes, il est essentiellement question d’agro-alimentaire et de la seule période du ramadan. Mais pas seulement, les applications spécial ramadan de Nokia ont elles aussi étaient à la Une. Les médias se réveillent : c’est en 2007 que Nokia lançait pour la première fois son opération ramadan.

Lire – Avec son N73 dédié au monde musulman, Nokia aussi profite de ramadan [4]

Malgré tout cette soudaine médiatisation devrait profiter au marché des consommateurs musulmans. Et d’abord aux musulmans eux-mêmes, si tant est qu’ils se décident à entreprendre dans ce marché particulièrement profitable.