- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Misère de l’édition islamique

Edition. L’édition islamique en France est malade. Malade de ces éditeurs et de ces libraires. Pauvreté des contenus, défaut de professionnalisme, ignorance du métier du livre, mercantilisme, sont autant de problèmes qui grèvent l’essor d’une littérature islamique de qualité.

Certes, et ce n’est que justice et justesse de le préciser, tous les éditeurs et tous les libraires ne sont pas des épiciers du livre, qu’Allah en soit remercié. Cela étant, cette réalité est celle de très nombreuses maisons d’édition et de librairies.

Qui a eu l’occasion de travailler avec des éditeurs ou qui a tenté de proposer ses livres aux libraires – qui souvent sont aussi éditeurs, tout au moins à Couronnes, lieu du livre islamique à Paris – sait ô combien le secteur est sclérosé par des pratiques indignes de l’objectif affiché : la da’wah. Marwan Muhammad, qui vient de publier Foul Express, raconte sa petite expérience :

Le livre est un objet parmi d’autres dans leurs magasins : parfums, foulards, vêtements, jouets en plastiques made in China, horloges avec horaires de prière intégrés, etc.

Ce sont de véritables bazars auxquels on a affaire et le livre ne semble ici être qu’un argument de vente supplémentaire, comme une caution déculpabilisante d’une pulsion de consommation effrénée. Les vendeurs ne savent pas ce que contiennent les livres qu’ils vendent. Si on leur demande conseil, il est difficile de savoir s’ils nous orientent vers le livre sur lequel ils touchent la meilleure marge ou sur celui qui leur paraît, d’après la couverture et le titre, le plus accrocheur. Sur la vingtaine de boutiques du quartier, le résultat est une distribution hétérogène de librairies avec des variations dans le professionnalisme, la sympathie des vendeurs, la cohérence des rayonnages, la situation géographique, etc. En somme une série de paramètres simples qui font que dans le même pâté de maison qui va du boulevard de Belleville à la rue Jean-Pierre-Timbaud, si on cherche à acheter un livre, on risque de vivre et de trouver tout et son contraire.

Pour l’article dans son intégralité, cliquez sur le lien suivant : Foul Express : 24h dans la peau d’un VRP [1]

Crédit photo : Flickr – Maymona [2]