- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Fathi, fondateur de Soliv’r

Je suis le deuxième d’une “petite famille nombreuse” de cinq frères et sœurs, marié. J’ai effectué mes études en France, bac S, classes préparatoires, école d’ingénieur et je travaille aujourd’hui en tant que consultant dans le domaine de l’automobile, en attendant de pouvoir vivre de ma société in châ’a-Llâh.

Mon parcours

Après l’obtention de mon diplôme d’ingénieur, je me retrouve consultant pour une SSII. Grande expérience, mais je me rends compte que ce type de travail n’est pas fait pour moi. Le temps passe, les missions de consulting défilent et me confortent peu à peu dans cette idée que je dois faire autre chose. L’envie d’entreprendre devient alors un réel besoin. Pourquoi ? Parce que, en tant que musulman, trouver sa place, se sentir à l’aise dans ces sociétés sans valeurs, est assez compliqué. Le besoin de prier à l’heure, de jeûner sans souci, d’éviter les pots et les repas d’affaires alcoolisés, d’assister à la prière du vendredi, d’agir pour ma communauté, de me sentir utile auprès des miens, ont fait que j’ai franchi le pas en créant Soliv’r.

Mon entreprise

Soliv’r est le fruit des réflexions citées plus haut, mais aussi et surtout le souhait d’apporter mon aide à la communauté musulmane, ou quelle soit dans le monde ! Le commerce, solidaire de surcroît, est, selon ma vision, la meilleure façon d’y parvenir. Il peut constituer à lui seul la réponse aux problèmes que sous-tendent le sous-développement. En effet, il s’agit tout simplement d’aider les populations à vivre de leur travail.

Le commerce équitable renvoie souvent aux produits d’Amérique du sud (café, miel, thé, vêtements…). En revanche, il existe encore peu d’offres concernant l’Afrique, le Moyen-Orient ou l’Asie. Autant de régions musulmanes qui pourtant regorgent de produits artisanaux peu connus et d’excellente qualité.

Grâce à l’aide de mes frères pour la réalisation du site Internet, Soliv’r existe depuis deux mois maintenant et propose des produits issus du commerce éthique et solidaire. Les produits disponibles actuellement proviennent de Palestine, l’actualité récente ayant guidé ce choix. Certains m’en ont découragé, d’autres m’ont averti de la difficulté de ce genre de commerce, mais je sais pourquoi je le fais, pour qui je le fais et la motivation est là, les encouragements aussi.

Les agriculteurs palestiniens, les artisans palestiniens souffrent de l’embargo. Ces femmes et ces hommes aspirent à mener une vie ordinaire, loin des privations et de la faim. Ils aspirent à accéder à la santé et à l’éducation pour leurs enfants. Sans commerce, aucun développement social ou économique n’est possible… La situation est critique : des savonneries vieilles de plusieurs siècles ont fermé, des ateliers de confection ont cessé de fonctionner, des champs d’oliviers sont rasés ou confisqués par des colons. Le célèbre keffieh palestinien est lui aussi victime de cette situation, n’étant plus fabriqué en Palestine.

Soliv’r agit et propose donc des broderies de grande qualité importées directement de Palestine, conçues par des femmes de camps de réfugiés de Cisjordanie, de l’huile d’olive et des savons traditionnels, des épices… Ces produits sont développés avec l’aide d’associations locales telles que l’UAWC, PARC, La Guilde – Hakoura… spécialisées dans le développement économique des populations fragilisées.