- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Gélatine de porc : les industriels se moquent des juifs et des musulmans

Ce n’est un secret pour personne. La gélatine [1] (E441) utilisée dans les bonbons, les glaces, les gâteaux, les yaourts, etc., est dans la quasi-totalité des cas d’origine porcine.

Cette gélatine a un double avantage au regard des industriels : elle n’est pas chère et elle permet d’offrir aux produits une texture que d’autres gélatines (de poisson, notamment) ne permettent pas. C’est pourquoi quand on lit “gélatine” sur l’emballage d’un produit on peut être quasi-certain que c’est de la gélatine de porc.

Il vous suffit pour vous en convaincre de prendre contact avec le service consommateurs [2] de Danone, qui commercialise par exemple ses yaourts Taillefine ou encore ses Danette avec de la gélatine de porc, ou encore Haribo, dont les fraises Tagada et autres sucreries contiennent aussi de la gélatine de porc.

France 5 vient de consacrer un reportage particulièrement intéressant sur les produits light (où l’on apprend par exemple que consommer une boisson light entraîne une surconsommation d’aliments ; en clair, on mange plus quand on boit light) et sur notamment la gélatine porcine.

Vers la 12e minute du reportage, le journaliste qui s’entretient avec le directeur d’une usine spécialisée dans la fabrication de gélatine à base de couennes de porc demande à ce dernier quelques précisions sur l’absence de la mention sur l’origine porcine de la gélatine. Voyez la réponse de l’intéressé :

Le journaliste : « Ils mettent gélatine, mais ils ne disent pas quelle est l’origine de la gélatine. Pourquoi ? Ils n’assument pas que ce soit fait à partir du porc. C’est quoi le problème qu’ils ont avec ça ? »

Le directeur :
“C’est un sujet très sensible. Parce qu’il y a quand même les minorités musulmanes, juives et autres qui éventuellement ont des problèmes avec ça [la gélatine de porc].”

Le journaliste : “Ce serait bien justement de leur dire.”

Le directeur : “Je sais bien, mais je ne sais pas s’il faut mettre cela dans l’émission.”

Le journaliste : “Du coup, ils ne savent pas si c’est du porc ou de la vache. Du coup, comment ils font pour consommer. C’est ça le problème. Il faudrait peut-être leur dire.”

Silence très embarrassé du directeur de l’usine qui ne répondra pas.

En clair, les industriels omettent sciemment d’indiquer que la gélatine est de la gélatine de porc afin d’éviter que les clients juifs et musulmans se rendent compte que leurs produits contiennent du porc, et donc cessent d’acheter ces produits. Ça ne vous étonne guère, n’est-ce pas ? Nous, non plus.

Visionnez le reportage sur France 5 (en ligne jusqu’au 31 octobre) : Les lourds dossiers du light [3]

(merci à Ines pour l’info)