- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Entreprendre seul ou accompagné ?

par Rachid Bakhalq, fondateur de la (future) chaîne de magasins entièrement halal Hal’shop [1]


halshop

Tous les entrepreneurs vous le diront : la quantité, la diversité, la complexité des tâches inhérentes à la création, à la gestion et à la cession d’entreprise sont immenses. S’offre donc une alternative au futur entrepreneur : suis-je capable de tout mener de front, tout seul ou dois-je m’entourer ? Voici un récapitulatif des avantages, des inconvénients, des qualités nécessaires (non suffisantes) pour y aller seul :

Avantages :
– L’entrepreneur vit et porte son projet mieux que quiconque : idéal pour convaincre et pour motiver
– Il est seul à décider (pas de longues réunions interminables pour convaincre)
– Le circuit de décision et le temps de réaction est court
– Pas de partages de bénéfices
– Il ne dépend pas de la qualité du travail des autres (même si c’est Dieu qui termine)
– Illusion de pouvoir définir ses propres priorités, son propre rythme

Inconvénients-risques :
– Les décisions ne sont pas challengées
– Système du vase clos : l’entrepreneur prend ses vérités pour des vérités absolues. Attention au syndrome « du faux visionnaire » !
– Capacité de financement et de refinancement limitée
– Peu de soucis du détail et du travail bien fait par faute de temps
– Seul à partager ses succès mais surtout les moments difficiles, les épreuves
– Manque de prise de recul nécessaire aux décisions stratégiques car trop souvent la tête dans le guidon de l’opérationnel

Qualités nécessaires :
– Endurance
– « Work addict » : addiction au travail
– Avoir une expérience solide dans l’univers économique ou la société évolue
– Visionnaire
– Avoir beaucoup de réserves d’argent
– Etre un serial créateur pour mieux anticiper
– Avoir une capacité à se remettre en question
– Aimer travailler seul

Voici maintenant un récapitulatif des avantages, des inconvénients, des qualités nécessaires (non suffisantes) pour s’associer :

Avantages :
– Partage des risques
– Rupture de la solitude du chef d’entreprise
– Partage des tâches
– Univers propice au partage et à l’échange
– Plus de capitaux et de sources de cash
– Plusieurs cerveaux valent mieux qu’un

Inconvénients-risques :
– Syndrome de la réunionite aiguë : on passe son temps à faire des réunions loin de la réalité du business
– Soucis relationnel et d’égo : notamment entre des connaissances de longues dates (amis, familles…)
– Conflit sur la stratégie et les orientations présentes et futures
– Dividendes amoindris
– Pas de répartitions claires de ce que chacun doit faire et de ce que chacun doit apporter à la société
– La pérennité de la société dépend de la performance de chacun des maillons humains de l’entreprise. S’il y a un maillon faible, le sentiment d’injustice – et que certains profite du travail des autres – vient vite.
– Une association c’est pire qu’un mariage : juridiquement, stratégiquement… Quand ça casse, ça peut briser un homme !

Qualités nécessaires :
– Pacte d’actionnaires rédigé par un avocat d’affaire indépendant signé par tous les actionnaires
– Désigner un seul capitaine, un seul gérant, un seul président !
– Bien définir le rôle et les attentes de chacun en y incluant des clauses d’éviction d’actionnaires
– S’associer à des compétences complémentaires
– S’associer à des individus qui partagent la même ambition, les mêmes valeurs, les mêmes objectifs, les mêmes moyens de réussir
– Supporter la critique et avoir une capacité de remise en question
– Accepter que son avis ne soit pas toujours suivi
– Savoir faire des compromis
– Savoir écouter et convaincre
– Savoir informer ses actionnaires

Voici ce que je souhaitais partager de ma modeste expérience d’entrepreneur en espérant que cela apportera de l’eau à votre moulin.
Tawakkalû ‘ala-Llûh (mettez votre confiance en Dieu).