- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Bayrou, le hijab de toutes ses forces

Faire du hijab un argument électoraliste [1] n’est pas une trouvaille du NPA. Avant Olivier Besancenot, il y avait François Bayrou. En 2007, nous commettions un billet à ce sujet. Il nous paraît intéressant de le rediffuser aujourd’hui.

Article paru le 24 août 2007 – Rediffusion

Lors de la campagne électorale, François Bayrou n’hésita pas à afficher sur son site une bannière avec une dame voilée. Une telle initiative venant de quelqu’un dont on peut dire qu’il est le précurseur de la loi du 15 mars 2004 interdisant le port hijab – loi que l’on a pudiquement et hypocritement appelée « loi sur le port de signes religieux à l’école » – est pour le moins surprenant. On se souvient en effet de la fameuse circulaire Bayrou (1989) qui déjà limitait le port du hijab à l’école.

On aurait pu donc penser que la bannière avec une femme portant un hijab (voile) n’était qu’un énième racolage électoraliste. A l’époque, en pleine campagne électorale pour la présidentielle 2007, nous avions fait une copie d’écran du site Bayrou.fr. Cette semaine, un retour sur le site nous a permis de constater que la bannière est toujours en service. La femme portant un voile islamique figure toujours en haut de page. Elle apparaît de façon intermittente, en alternance avec d’autres bannières (une quarantaine en tout). François Bayrou a surpris pendant la campagne électorale. Il continue de le faire.

Nous avons encadré en rouge la date du billet qui était alors en page d’accueil afin que l’on puisse bien distinguer que ces deux copies d’écran ont été réalisées à deux périodes différentes.

Bayrou hijab [2]
Copie d’écran effectuée en février 2007

Bayrou hijab [3]
Copie d’écran effectuée en août 2007

Et même une seconde bannière avec une dame voilée en arrière-plan :

Bayrou hijab [4]

Les images sont tirées du site de François Bayrou : www.bayrou.fr.

De là à penser que Bayrou s’est converti en défenseur du hijab, il y a un pas que nous ne franchirons assurément pas.