- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Mosquée de Cannes : deux millions d’euros et autant d’humiliation

L’information est parue dans Nice Matin. Alors que les musulmans de Cannes craignaient de ne pas réussir à collecter l’ensemble des fonds nécessaires à la construction de cette nouvelle mosquée, soit deux millions d’euros, un généreux donateur s’est manifesté et a proposé de financer la totalité du projet. Le geste, rare, est remarquable. La posture de la mairie bien moins.

On apprend en effet dans l’article de Nice Matin que le cahier des charges imposé par la mairie “exige un financement transparent et d’origine française (que les services de l’État doivent vérifier)”. Plus encore, “il émet des conditions destinées à éviter toute contradiction avec les lois ou les usages. Pas de minaret, pas de muezzin, par exemple.” L’argent du donateur sera même directement envoyé aux entreprises qui se chargeront des travaux et non versé sur le compte de l’association.

Insupportable mise sous tutelle qui ne dit pas son nom. Suspicion, humiliation, infantilisation caractérisent la laïcité à la française lorsqu’elle s’applique à l’islam ; ce qui n’a pas échappé à un/e lecteur/trice de Nice Matin qui commente l’article en question.

Il est étrange d’avoir à répéter les mêmes affirmations, dans un Etat de droit:
1) les hommes, femmes et citoyens musulmans sont des personnes comme les autres !
2) la liberté de culte leurs est garantie
3) la laïcité s’applique aussi à la religion musulman , donc je ne vois pas pourquoi cette pseudo tutelle de l’Etat !
4) on impose pas de conditions aux églises, aux synagogues… pourquoi en imposer au mosquées si ce n’est les règles communes existantes dont les règles d’urbanismes.
5) il est dangereux dans un état de droit , qu’il y est en permanence une suspicion, une méfiance, des préjugées qui n’ont rien à voir avec le droit.
6) il y a un contradiction des arguments, l’état ne peut pas dire d’un côté on est dans un état laïc et se mêler de choses religieuses ! Et d’autres part prendre des décisions pour les musulmans et ne pas financer par ailleurs alors qu’il finance la religion chrétienne.
7) demander à ce que nominales de curés et les finances soit de France et non du Vatican.

Comme dirait N., un ami, tant à qu’à être le sale Arabe (ou en l’espèce le musulman), autant être un sale Arabe debout qu’un sale Arabe à genoux.

Source : Nice Matin [1]