- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Quick halal : quand le rabbin confirme

Hier, nous publiions un article dans lequel nous expliquions pourquoi la polémique autour du Quick dit « halal » peut devenir particulièrement dangereuse pour la filière casher (voir Quick halal : une polémique embarrassante [1]). Evidemment, les arguments avancés dans cet article se fondent, comme d’habitude, sur des faits que chacun peut vérifier. Malgré tout, il en est toujours pour douter, remettre en question, refuser l’évidence. C’est donc avec un certain plaisir que nous avons découvert aujourd’hui un blog et plus précisément un article qui appuie notre propos : celui écrit par un rabbin à propos du Quick qui veut devenir halal. Ce rabbin s’appelle Mendel Samama.

Après avoir balayé d’une main les « arguments débiles » et l’attitude du maire socialiste de Roubaix, Mendel Samama fustige Zemmour, dont il est pourtant un fidèle admirateur. Voici ce qu’il écrit :

Zemmour franchement, moi qui te trouve tellement juste et percutant dans tes analyses, même si parfois elles sont politiquement incorrectes, j’étais presque en train de « me zemmouriser » mais là je trouve que c’est du n’importe quoi. Ça veut dire quoi « se hallaliser » ou « se cacheriser » ? Se karcheriser, je connais c’est quand on veut tout dégommer sur son passage, même la diversité culturelle. Suivez mon regard !

Rappelons à toute fin utile que Zemmour s’est spécialisé dans le muslim-bashing. Le « politiquement incorrect » chez Zemmour, c’est précisément le naturel avec lequel il présente le musulman comme un être séditieux. Car pour le reste Zemmour n’est pas plus politiquement incorrect qu’un bon vieux réactionnaire de droite. Il est dans le conformisme le plus plat, la contrition en moins. Quand Mendel Samama se zemmourise, ce n’est assurément pas lorsqu’il adopte ses postures vieille France. Mais voilà, il s’agit pour le rabbin Samama d’être pragmatique. Le muslim-bashing, c’est utile, sauf quand ça éclabousse. Et, en l’espèce, la polémique autour du Quick halal risque d’aller bien plus loin que les éclaboussures.

D’où la distance prise par le rabbin.

L’instrumentalisation de cette affaire est dangereuse. La liberté de conscience est inscrite dans notre constitution. Chacun est libre de vendre – presque – ce qu’il veut et d’acheter ce qu’il veut.

L’acharnement de Zemmour est juste et pertinent si et seulement si on peut se prémunir de dégâts collatéraux sur la communauté juive. CQFD. La référence à la liberté de conscience qu’évoque le rabbin Samama n’est que la crainte pudiquement dissimulée de voir le déchaînement anti-halal s’appliquer au casher, auquel on peut appliquer toutes les critiques entendues ces dernières jours sur le halal. Casher et halal sont dans la même galère sur le même bateau.

Cette indignation sélective est dangereuse. En jouant le jeu de l’extrême-droite et de ceux chez l’UMP qui ont choisi la voix du racolage pour s’attirer l’électorat du FN – rappelez-vous les sorties du CRIF, à qui nul n’avait pourtant rien demandé, à propos du voile -, certains individus ne font qu’attiser des démons qui ne se contenteront pas d’en finir avec les musulmans. Chaque chose en son temps.

Lire l’article sur le blog du rabbin Mendel Samama [2]

Crédit photo Une : Flickr – Leoncillo Sabino [3]