- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Burqa : de délires en délits ?

Après l’excellent rappel à la loi du blogueur et avocat Maitre Eolas (voir Cachez moi cette burqa avec laquelle vous ne sauriez voir [1]), c’est autour de Jules de publier un billet qui analyse l’affaire sous un angle juridique.
Nous retiendrons deux points particulièrement intéressants et résumés par ces deux passages :

Premier délit ?
“Il se trouve en effet, que la situation affective et familiale d’une personne relève de sa privée. Il en va de même de sa situation sociale. Le fait, donc, de révéler des informations de cette nature, constitue une violation de l’article 9 du Code civil.”

Second délit ?
“Il me semble qu’il s’agit bel et bien de la publication d’informations relatives à la vie privée d’une personne. […]

Ce qui nous conduit à l’hypothèse de la violation d’une seconde règle de droit. A savoir le secret professionnel.

Source : Diner’s room – Tant va la loi à la burqa qu’à la fin elle se froisse [2]

Même si tout ce qui est reproché à ce mari polygame (ou non) est fondé, outre le fait que les musulmans de France ne sont pas comptables des méfaits de chaque individu se réclamant de l’islam, toute cette affaire en dit long sur ce gouvernement, prêt à fouler du pied la loi pour arriver à ses fins. Au fond, si on tape sur les musulmans avec un tel acharnement, c’est évidemment parce que l’on se dit que de toute façon ils ne répondront pas. Le gouvernement n’a pas tout à fait tort, mais pas tout à fait raison.

Les musulmans d’aujourd’hui ne sont pas les musulmans d’hier : nés en France pour la plupart, ils connaissent les us et coutumes, les codes et les mécanismes qui opèrent dans l’Hexagone. La communauté musulmane regorge par ailleurs de ressources. Mais à son grand malheur, elle se pense désœuvrée et faible. Elle est comme le lion de la fable qui se pensant mouton broutait l’herbe avec d’autres moutons jusqu’à ce qu’il prit conscience qu’il était lion. La communauté musulmane doit de toute urgence accepter qu’elle n’a pas à être méprisée et traînée systématiquement dans la boue par des politiques soucieux de bâtir leur carrière sur l’humiliation et le lynchage de tout ou partie de ses membres. Pour cela, il lui faut comme le lion reconnaître ses forces – et ses faiblesses – et cesser de bêler pour agir.

Crédit photo Une : Flickr – Camille Chenchen [3]