- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Le halal, c'est islamiste ou terroriste ?

L’information ne vous a pas échappé. Des CRS de Force ouvrière dénonce une « déviance » (sic) en cours dans leur assiette : de la viande halal leur est servie à leur insu. Le tract a été authentifié par l’AFP. De nombreux sites ont repris la dépêche :

Nouvel Obs [1]

Le tract ajoute que « manger halal, c’est payer l’impôt islamiste », poursuivant: « nous ne voulons pas être complices de cette déviance, et nous ne voulons plus manger Halal à l’avenir ».

Le Parisien [2]

Le tract ajoute que « manger halal, c’est payer l’impôt islamiste ». « Nous ne voulons pas être complices de cette déviance, et nous ne voulons plus manger Halal à l’avenir »

Mais sur le site du Figaro, « islamiste » a été remplacé par « terroriste ».

Le Figaro [3]

Tract halal

Le tract ajoute que « manger halal c’est payer l’impôt terroriste » et précise : « Nous ne voulons pas être complices de cette déviance, et nous ne voulons plus manger Halal à l’avenir ».

Ce n’est que quelques heures plus tard que le texte a été corrigé par le Figaro qui cafte rejette la responsabilité sur l’AFP :

Tract halal

Le tract ajoute que « manger halal c’est payer l’impôt islamiste » [bien islamiste et non terroriste : cette citation a été corrigée suite à une erreur initiale de l’AFP, ndlr] et précise : « Nous ne voulons pas être complices de cette déviance, et nous ne voulons plus manger Halal à l’avenir ».

En ces temps de muslim-bashing, la synonymie opérée par le journaliste qui a rédigé cette dépêche passerait presque inaperçue. Passons outre et rappelons un fait : islamiste ou terroriste, du halal, les CRS comme le reste des Français en mangent depuis des années à leur insu.

Ça ne va pas peut-être pas leur plaire, mais il faut leur dire qu’il est probable qu’ils mangent aussi casher sans le savoir. Les trois quarts d’une bête abattue selon le rite juif est commercialisée dans le circuit traditionnel [4], c’est-à-dire sans dans les rayons des supermarchés et chez votre boucher-charcutier dont l’appartenance au corps traditionnel n’a jamais fait l’ombre d’un doute.

Ne le répétons pas trop fort, il ne s’agirait pas d’inciter nos gardiens de la paix (sic) à placarder un nouveau tract, cette fois antisémite. Car si la France mange du casher et du halal comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, ce n’est ni la faute des juifs ni celles des musulmans, mais celles des industriels [5], qui détiennent plus de 90 % du marché du halal. Manger halal, les gars, c’est d’abord et surtout engraisser les mastodontes de la viande, qui du reste tue l’agriculture à petit feu. La prochaine fois, quand vous décidez de tirer, visez juste.

Crédit photo Une : Flickr – Roger Joly [6]