- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Le voile intégral n’est pas interdit à La Mecque

Le voile intégral est-il interdit à La Mecque ? [1] », c’est la question que pose LeMonde.fr suite aux déclarations de la garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, dans un entretien publié ce matin dans Le Parisien [2]. A l’évidence, MAM manque encore un peu d’épaisseur dans le rôle d’exégète de l’islam. Que dit-elle ?

“des Etats islamiques ont, eux aussi, banni cette pratique. C’est même interdit à La Mecque.”

Il aurait été bon que la ministre de la Justice donne quelques noms d’Etats islamiques et qu’elle précise pour quelles raisons ils ont banni le voile intégral, si tant est que ce soit le cas. Mais passons. Elle ajoute donc que le voile intégral est interdit à La Mecque. L’UMP et le gouvernement ne sachant plus sur quel pied danser multiplient les énormités, encouragés par les contre-vérités de leurs obligés musulmans que sont, entre autres, Dalil Boubakeur, recteur, sur le départ, de la mosquée de Paris, et Mohamed Moussaoui, président du très sarkozyste CFCM.

Affirmation 1 – Le voile intégral ne fait pas partie de l’islam

FAUX. Nous l’avons dit et répété ici-même. Le voile intégral fait partie de l’islam [3]. Son caractère obligatoire ne fait pas l’unanimité. Mais cette absence de consensus n’exclut en rien cette pratique du champ de l’islam. C’est vrai, les autorités musulmanes en France répètent à foison que ce n’est pas le cas. Ce déni ne repose sur rien, sinon sur la volonté de participer à une intox qui sert les desseins du gouvernement. Cette position ne résiste pas à l’analyse. On peut détester le voile intégral, on peut vouloir l’interdire, on ne peut pas décemment affirmer qu’il ne fait pas partie de l’islam, ce à quoi ne se risque d’ailleurs aucun (véritable) spécialiste de l’islam.

Affirmation 2 – “Le président du CFCM a lui-même souligné qu’aucun texte coranique ne prescrit le port du voile intégral”

FAUX. Cet argument, tout aussi éculé que le précédent, ne vaut pas grand chose. On l’a lu dans tous les journaux, entendu, là aussi, sur tous les plateaux. Récemment encore, Benoit Hamon, porte-parole du PS et plus inspiré sur les sujets qu’il connaît et travaille, lançait, sur le plateau de Thierry Ardisson, que “ce n’est pas écrit dans le Coran”. Nombre de pratiques islamiques ne sont pas inscrites dans le Coran (comme la façon d’accomplir la prière, de s’acquitter de la zakat ou d’accomplir le hajj, trois des piliers de l’islam). Faut-il en conclure qu’elles ne font pas partie de l’islam ? Assurément non. Sans parler du fait même que l’une des lectures – qui fait autorité, parmi d’autres lectures – du verset coranique qui institue l’obligation du port du voile (verset 31 de la sourate 24) considère que le voile dont il est question est le voile intégral. C’est d’ailleurs ce verset qui fonde la position officielle… en Arabie saoudite.

Rappelons tout de même, sans trop entrer dans les détails, une chose : le Coran n’est pas l’unique source de législation islamique. Toute la tradition prophétique (la Sunna) est aussi source de législation. Ce qui explique l’usage constant de la formule “selon le Coran et la Sunna”. Il y a par ailleurs tout le corpus juridique lié à l’interprétation de ces deux sources, Coran et Sunna. Ainsi affirmer que le Coran ne prescrit pas le voile intégral, c’est soit faire aveu d’une ignorance de la religion musulmane, soit participer à une manipulation qui ne résiste encore une fois pas à l’analyse. Soit les deux.

Affirmation 3 – “Le voile intégral est interdit à La Mecque”

FAUX. Avant de répondre précisément à cette affirmation, notons la capacité extraordinaire de nos politiques à soutenir, le plus sérieusement possible, tout et son contraire. Voilà des mois que l’on nous explique en long et en large, et surtout de travers, que le voile intégral est une pratique salafiste et wahabite. Or qu’est-ce que le wahabisme, sinon cet anathème autre nom du hanbalisme, courant majoritaire en… Arabie saoudite ? Or que nous dit aujourd’hui MAM ? Le voile intégral est interdit à La Mecque. On ne rit pas.

La ministre aurait dû travailler un peu plus ses dossiers : le voile intégral est bien interdit à La Mecque, mais dans certains circonstances très particulières. L’interdiction n’est en aucune façon liée à la ville de La Mecque, mais découle stricto sensu de l’état d’ihram, cet état de sacralisation nécessaire à l’accomplissement du petit et du grand pèlerinage (omra et hajj). C’est bien pour cette raison que l’interdiction s’applique déjà lorsque les pèlerines, en état d’ihram, sont en chemin vers La Mecque (dans l’avion par exemple) et qu’elle ne s’applique donc en aucune façon à celles qui ne sont pas en état d’ihram, même si elles se trouvent à La Mecque durant la période du hajj.

Cet état d’ihram n’a lieu que pendant le grand pèlerinage et le petit pèlerinage. C’est une exception qui se fonde sur des textes canoniques, en l’occurrence un hadith du Prophète (saws), qui dit en substance que la musulmane ne doit pas porter de gants ni de voile couvrant le visage, lorsqu’elle est, et seulement, lorsqu’elle est en état d’ihram. Un second texte, attribué à un illustre compagnon du Prophète (saws), Ibn Omar (ra), texte repris par les savants hanafis, dit que l’ihram de l’homme, c’est le dessus de sa tête, et que l’ihram de la femme, c’est son visage. Ajoutons que certains savants ont poussé l’interprétation de ces textes jusqu’à permettre le port du voile intégral sur une casquette avec visière : le voile ne touche pas le visage, tout en le couvrant. D’autres savants, dont le cheikh Utheymin, sommité saoudienne, demande à la femme, même en état d’ihram, de recouvrir son visage lorsqu’elle est entourée d’hommes.

Soulignons enfin que cette interdiction du voile intégral lorsque la femme est en état d’ihram relève du religieux et de l’observation personnelle de cette interdiction : il ne s’agit pas d’une interdiction légale émanant de l’Etat. Ceci explique qu’il n’existe aucune sorte de sanction appliquée, en Arabie saoudite, par les pouvoirs publics si une femme contrevient à cette interdiction en portant à La Mecque un sitar, un niqab ou tout autre forme de voile intégral, ce même si elle se trouve en état d’ihram. Ce serait un comble si la France laïque commençait à prendre comme exemple des interdictions rituelles pour justifier des interdictions publiques.

Ainsi, affirmer que le voile intégral est interdit à La Mecque est d’une absurdité incroyable. Pour bien prendre la mesure de cette ineptie, ce serait comme affirmer, mutatis mutandis, que manger et boire est interdit en islam, parce que pendant le mois de ramadan les musulmans ne mangent pas de toute la journée. Ou encore que se couper les ongles ou avoir des relations sexuelles sont interdits en islam, parce que les pèlerins en état d’irham doivent observer ces interdictions.

Que le gouvernement n’ait plus que ce projet pour donner du crédit à son action, dont acte. Mais de grâce que l’on nous épargne les inepties. Les musulmans sont stigmatisés comme jamais. Soyez miséricordieux, ne les affligez pas plus avec ces prises de position grotesques.

Crédit photo Une : Flickr – OmarSC [4]