- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

L’entrepreneuriat musulman, entre dynamisme et réseau

Cet article a été publié dans le numéro 1 d’Al-Tijari, magazine destiné aux professionnels de la filière alimentaire halal.

entrepreunariat musulman

Longtemps le marché du halal a été un marché sinon informel, à tout le moins peu organisé. La France a toujours compté des entrepreneurs musulmans. Mais, longtemps, ces derniers ont travaillé simplement pour gagner leur pain.

Le patron musulman était un salarié à son propre compte. L’essentiel était de gagner de quoi nourrir sa famille, payer son loyer et éventuellement mettre de côté assez d’argent pour aller en vacances au bled. On travaillait pour soi, parfois avec d’autres entrepreneurs, mais rarement dans une perspective commune.

L’entrepreneuriat communautaire musulman était celui d’une communauté qui ne se pensait pas comme un réseau, mais comme la somme d’individualités. S’il y avait bien des entrepreneurs musulmans, il n’y avait pas d’entrepreneuriat musulman et encore moins de réseau. Aujourd’hui, la donne a changé, car les entrepreneurs musulmans [1] eux-mêmes ont changé.

Tout le monde s’accorde à dire aujourd’hui que le marché du halal pèse lourd et a vocation à peser encore plus lourd. Les raisons de cette vigueur sont à chercher non pas dans l’économique, mais dans le sociologique : les musulmans d’aujourd’hui consomment différemment des musulmans d’hier.

Ils consomment différemment, parce qu’ils sont différents sociologiquement, économiquement et professionnellement. Enfants d’immigrés de la première génération, ils sont globalement plus aisés que leurs parents, plus instruits et surtout plus en accord avec la réalité française, ce pour une raison simple : ce sont de bons petits français, au sens sociologique ; ce qui a pour conséquences directes de nouvelles façons de consommer. Et d’entreprendre.

Ainsi, c’est pour accompagner ces nouveaux modes de consommation qu’une nouvelle génération d’entrepreneurs a décidé d’investir le marché du halal. On n’entreprend plus seulement pour répondre aux besoins des consommateurs. On entreprend aussi pour permettre à d’autres entrepreneurs de se développer et de créer de la richesse.

L’entrepreneuriat musulman a dépassé le BtoC pour s’installer durablement dans le BtoB. De fait, ces nouveaux entrepreneurs ont développé, incidemment, tout un réseau qui désormais prend véritablement forme. Des synergies se créent ça et là, et avec elles émergent de nouveaux besoins et de nouveaux projets. Entreprendre aujourd’hui quand on est musulman est définitivement une affaire de réseau. Témoin de cette nouvelle époque, Al-Tijari Magazine nous le confirme.

Entrepreneurs, annoncez dans Al-Tijari Magazine

Que vous dirigiez une petite ou une grande société, tisser des partenariats avec d’autres entrepreneurs est indispensable. Avec Al-Tijari Magazine, il vous est désormais possible non seulement de vous faire connaître auprès de prospects qualifiés, mais encore de trouver vos prochains partenaires professionnels. Edité à 10 000 exemplaires, Al-Tijari Magazine est distribué gratuitement et directement au gérant de sociétés de la filière alimentaire halal.

Pour annoncer sur Al-Tijari Magazine, et bénéficier d’une réduction de 5 % avec le code “Al-Kanz”, contactez la rédaction aux adresses suivantes : [email protected] ou [email protected] Ou remplissez le formulaire en ligne présent sur le site : http://www.altijarimag.com [2]