- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

La Nouvelle-Zélande bannit le casher

Après avoir imposé à la filière halal l’étourdissement des animaux avant abattage, la Nouvelle-Zélande [1] vient d’interdire aux juifs de mettre à mort un animal sans l’avoir étourdi. Jusque-là, une dérogation pour le moins surprenante permettait aux consommateurs juifs de disposer de viande issue d’un animal non étourdi. Surprenante, car cette dérogation ne valait pas pour les musulmans, alors même qu’en matière d’abattage rituel juifs et musulmans partagent les mêmes préoccupations.

La dérogation ne vaut plus

En 2001, le National Animal Welfare Advisory Committee avait émis une recommandation selon laquelle il fallait dispenser les juifs du recours à l’étourdissement, ce “pour leur permettre de pratiquer leur religion” (to allow Jewish people to manifest their religion and belief). Pour les autorités, la question ne se posait pas pour les musulmans, car l’étourdissement leur était imposé depuis longtemps, sans qu’il n’y ait jamais eu d’opposition de leur part (No submissions opposing the use of the pre-cut reversible stun were received from the Muslim community). Avec la promulgation du nouveau code régissant l’abattage des animaux, l’Animal Welfare Commercial Slaughter Code [2], l’étourdissement devient obligatoire même pour les juifs. La Shechita (mode d’abattage des animaux selon les principes religieux juifs) est désormais proprement interdite en Nouvelle-Zélande. C’est David Carter lui-même, le ministre néo-zélandais de l’Agriculture, qui a refusé que les juifs puissent continuer à bénéficier d’une dérogation.

En France, les mosquées autorisent l’étourdissement

En France, juifs et musulmans bénéficient d’une dérogation leur permettant de ne pas étourdir l’animal avant l’abattage. Lors du Grenelle de l’animal, le rabbin FIiszon indiquait qu’« imposer l’étourdissement préalable serait une véritable catastrophe [3] » pour les juifs de France. Et pour cause : ils ne pourraient plus manger de viande casher. S’agissant des musulmans, malgré la dérogation en leur faveur, les trois grandes mosquées, Evry, Paris, Lyon, permettent à leurs clients industriels de recourir à l’électronarcose, qui dans la majorité des cas, pour la volaille, finit par la mort de la bête avant même l’abattage.

Sur Radio Orient [4], Mohamed Moussaoui, président du CFCM, s’est clairement déclaré contre l’étourdissement, préalable et post-mortem, indiquant que c’était là la position du CFCM. Ce faisant, il s’oppose frontalement aux trois grandes mosquées, elles-mêmes favorables à l’étourdissement des bêtes. Déclaration de guerre du président du CFCM ou simple posture ? L’avenir nous le dira in châ’a-Llâh.