- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Wassila.fr informe plus sur les produits "halal"

Nouveautés sur le portail Wassila.fr, initiative du groupe Casino : il est désormais possible d’accéder à la composition des produits “halal” référencés sur le site – et donc vendus dans les magasins Casino. Jusque-là, l’information figurait de façon aléatoire d’un produit à un autre sur un scan en miniature. Cette fois, il est possible de savoir de quoi est composé un produit “halal”.

La démarche est très intéressante et elle va dans le bon sens. Cela dit, l’information n’est pas complète, puisque tout n’est pas indiqué. Dans les exemples ci-dessous, on ne se rend pas immédiatement compte que la terrine de volaille Médina Halal est saturée de produits chimiques. De même dans le cas du cachir Isla Délice, il n’est pas indiqué que les 52 % de viande ne sont rien d’autre que de la viande séparée mécaniquement, soit une bien belle cochonnerie, comme nous avons pu l’expliquer dans des précédents billets consacré à la VSM (cliquez ici viande séparée mécaniquement [1])

null
Terrine de dinde Médina Halal

null
Saucisse Isla Délice

Si cette nouveauté peut paraître anodine, elle demeure embarrassante pour les industriels, qui détestent au plus haut point que l’on mette à la disposition des consommateurs ce genre d’informations. Quel industriel accepterait de crier haut et fort que tous les produits chimiques qu’il utilise n’ont pour seul objectif que de faire croire au consommateur qu’il mange ce qu’il croit qu’il mange ? Aucun. Informer les consommateurs, c’est leur permettre de choisir entre une alimentation chimique, mauvaise pour la santé, et une alimentation plus saine ou, pour employer une formule répandue, “moins pire”. C’est de fait mettre à nu des pratiques peu ragoûtantes, dans tous les sens du terme.

L’information est la hantise de ces businessmen qui voient d’un très mauvais œil que les consommateurs puissent connaître leurs pratiques et agir en conséquence, c’est-à-dire ne plus acheter leurs produits. D’où sûrement le fait que nombre de ces industriels du halal, même ceux qui ont pignon sur rue et qui sont très connus, d’abord pour leurs produits traditionnel, c’est-à-dire non halal, veulent la peau d’Al-Kanz.org.