- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Charte halal : le CFCM sort de son silence

Voilà qui ne va pas arranger les plans des industriels : Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), vient de rendre publique le projet de “charte du halal” sur laquelle planchent depuis plusieurs semaines plusieurs partenaires religieux.

Cette charte visera à faire respecter les principes élémentaires qui régissent le halal et permettra ainsi à moyen et long terme d’assainir un marché gangréné par des pratiques frauduleuses, comme le démontrera images à l’appui le reportage de Feurat Alani et Florent Chevolleau [1], diffusé ce soir sur Canal+. La déclaration du CFCM, comme le projet de charte, est le signe d’un tournant historique.

Cette charte du halal s’inscrit par ailleurs dans un contexte où les industriels et la grande distribution ont décidé de s’accaparer le marché du halal tout en mettant sur la touche les instances religieuses. En dépossédant les musulmans du halal, les industriels se libéreront de toute contrainte et pourront vendre leur halal qui n’aura alors plus rien de halal, sinon le nom. Carrefour, par exemple, a sollicité Bureau Veritas pour établir un cahier des charges halal.

De même les syndicats du porc font peser de tous leurs poids pour stigmatiser les associations de contrôle telles que AVS ou l’ARGML-mosquée de Lyon, afin de les discréditer et de nuire à la crédibilité dont ils bénéficient tant au niveau des professionnels que des consommateurs musulmans.

Il est d’ailleurs apparu lors de la dernière réunion sur la norme européenne halal, qui a eu lieu le 27 septembre dernier à l’AFNOR, que les industriels ont pesé de tout leur poids pour vider le halal de sa substance religieuse.

Si certains industriels sont d’une prudence de sioux et se refusent à exposer clairement leurs objectifs, d’autres sont plus décomplexés et n’hésitent plus à affirmer très clairement leur volonté d’établir durablement et définitivement une norme halal “indépendante de l’aspect religieux”, comme l’indiquait récemment Dirk Becquart, directeur du développement du port de Marseille-Fos (Vider le halal de son caractère islamique [2]).

La balle est désormais dans le camp des consommateurs musulmans. Soit ils se décident à refuser qu’on viole leurs principes et ils manifestent clairement leur désapprobation, soit ils laissent faire l’industrie agro-alimentaire et la grande distribution qui pourront tuer le halal, comme ils ont tué en France nombre de filières auparavant.