- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Carrefour lance sa marque prétendument halal

Carrefour lance son foie gras prétendument halal
Foie gras prétendument du halal de la nouvelle gamme Carrefour.

La gamme halal de Carrefour était un serpent de mer. Dans les cartons depuis plusieurs années, ce projet a longuement traîné. Après atermoiements et tergiversations, la marque de distributeur prétendument halal du numéro 2 mondial de la distribution est lancée. Nabil, lecteur d’Al-Kanz, nous envoie une photo prise au Carrefour de Chambourcy (78) où est commercialisé un foie gras (sic) estampillé halal.

Exit la mosquée de Lyon et ses contrôleurs

Rêvant d’écarter les instances religieuses pour les remplacer par Bureau Veritas pour la certification halal de sa gamme, Carrefour a finalement choisi la SFCVH-mosquée de Paris. L’ARGML-mosquée de Lyon un temps choisie par Carrefour devait sûrement être un peu trop pointilleuse. Il faut dire qu’elle a un inconvénient majeur : cet organisme de certification contrôle sur site les produits de ses partenaires industriels pour empêcher toute fraude au halal. Des contrôleurs, salariés de l’organisme et dépêchés sur site, sont présents à chaque production et ils sont seuls à détenir le matériel de certification. Comme dans le cas des organismes AVS ou encore HMC, ce sont ses, et seulement ses, contrôleurs, qui détiennent le matériel de certification (étiquettes, tampons, scotch avec logo, etc.). Impossible dans ces conditions, par exemple, d’étiqueter halal un produit qui ne l’est pas ou qui a été mélangé avec du non halal. En l’absence de contrôleurs indépendants, tout cela devient non seulement possible, mais encore à craindre, puisque déjà massivement pratiqué.

Carrefour et les musulmans, du mépris rien que du mépris

La relation qui lie Carrefour et sa clientèle musulmane en France est profondément marquée par du mépris. Souvenez-vous des ustensiles complétement défoncés dédiés spécialement aux musulmans pendant le mois de ramadan (Ramadan : Carrefour se moque vraiment des musulmans [1]), ou de ce sac Tati vendu 1,70 euro, qui revient chaque année toujours dans les catalogues de l’enseigne à l’occasion de ce mois de jeûne, ou encore de cette volonté acharnée à affirmer que l’enseigne ne fait pas de religieux, alors qu’elle vend des tapis de prière ou dédie des catalogues à la fête juive de Pessah [2].

Cohérente, l’enseigne fait de même dans le halal et ne cherche pas à rassurer, ni respecter, ses consommateurs. En faisant certifier sa gamme par la SFCVH-mosquée de Paris, Carrefour entend, dans les faits, décider de ce qui sera halal ou non. Car quand bien même elle a négocié une certification halal, il faut rappeler que la SFCVH-mosquée de Paris, tout comme l’ACMIF-mosquée d’Evry, qui certifient grosso modo 70 % du marché du halal, ne disposent d’aucun contrôleur qu’elle salarie elle-même. Un coup de téléphone, un fax, une redevance, et n’importe quelle entreprise peut se mettre à commercialiser du halal. L’idéal pour un industriel qui veut éviter qu’on lui applique les règles claires, simples et exigeantes du halal. Carrefour n’allait pas passer outre cette formidable opportunité, ni s’embarrasser d’un organisme de certification qui l’empêcherait de faire du halal à sa sauce.

Carrefour vient donc rejoindre le clan des Fleury Michon, Herta (Nestlé), Zakia Halal, Duc, Médina halal ou encore KFC et Quick, des industriels qui veulent du halal sans les contrôleurs indépendants. Selon nos informations, le Gastronome qui commercialise les poulets de la marque Shems devrait est en passe de tomber dans l’escarcelle de la SFCVH-mosquée de Paris.

Tout cela se fait avec la bénédiction silencieuse du CFCM, qui ne dit mot et consent.