- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

McDonald’s : du bacon dans ton filet-o-fish ?

McDonald's : du bacon dans ton filet-o-fish ?
Crédit : Jediduke [1]

Certains de ceux qui ne mangent pas de viande non halal pensent naïvement que manger au Mcdo est possible dès lors que l’on choisit un sandwich qui ne contient pas de viande.

Soit ces consommateurs sont naïfs, soit ils sont de mauvaise foi, soit les deux. Choisir un menu au poisson, manger un fish au McDo ou chez Quick, n’est pas une solution, puisque, si le poisson en lui-même est a priori halal, toutes les manipulations pendant la préparation du filet-o-fish par exemple peuvent amener à des mélanges qui rendent au final le sandwich impropre à la consommation pour un musulman.

Une lectrice d’Al-Kanz, fraîchement employée dans un restaurant McDonald’s, nous envoie le mail suivant, qui sur certains aspects doit être pris avec des pincettes selon d’autres lecteurs.

Je viens d’être embauchée chez McDonald’s et je remarque des choses très graves en rapport avec le filet-o-fish. Premièrement : chaque matin on utilise un testo, c’est un appareil qui permet de tester la qualité de l’huile. Cet appareil est trempé dans toutes les huiles ce qui provoque un mélange. Deuxièmement : Dès le matin il est impossible de changer l’huile, les vidanges ne se font que le soir. La solution est donc de tremper les filets-o-fish dans l’huile des nuggets de la veille ! Troisièmement : ceux qui préparent les sandwichs touchent le bacon et les filets sans jamais se laver les mains. Quatrièmement : ce cas s’applique uniquement sur le royal-of-fish, son pain est toasté dans le même toasteur que celui du CBO qui est un pain avec des morceau de bacon dessus. La paroi frotte toute la journée le pain du CBO et celle du royal-of-fish, c’est un toasteur vertical

Ce constat, propre à cette lectrice et, selon ses dires, au restaurant dans lequel elle a été embauchée, n’est pas partagé par d’anciens employés de McDonald’s, dont Njt [2]

Pour avoir travaillé durant une longue année dans un grand Mcdonald du centre parisien, je peux vous assurer que les contrôles d’hygiène y sont archi rigoureux et les séparations bien nettes… Les pains des filets sont toastés dans des toasters différents de ceux servant pour les autres sandwichs, les filets en eux même ne sont manipulés qu’avec des pinces qui leur sont reservées (autre pince réservée au bacon, aux nuggets, au filet de poulet etc…). La cuve à huile également est controlée tous les matins et le testeur nettoyé entre chaque test…
Et difficile de faire autrement de toute façon avec la rigueur dont font preuve les manager au moindre impair…

Bref, je ne fais pas de la pub a Mcdo, je dis simplement qu’il ne faut pas tout généraliser…

Mais aussi Sarah [3]

J’ai travaillé il y a 6 mois de cela dans un restaurant Mcdonald’s durant 3 ans occupant un poste à responsabilité, je peux vous dire que chaque aliments (filet, nuggets, chiken…) ont leur propre huile de cuisson, de plus nous ne pouvons pas toucher ses produit avec nos mains car il y a des normes a respecter et effectivement les manageur sont très pointilleux sur les normes les règles d’hygiène et de sécurité alimentaire c’est pour cela que chaque produit a une pince spécifique ce qui permet sa manipulation, et entre chaque vérification de la température de l’huile le testeur est bien nettoyé. Je ne fais pas de pub pour cette entreprise loin de la mais je vous informe juste de ce qu’il en ai.

Akim [4], ancien chef d’équipe chez McDonald’s, est moins catégorique, même s’il récuse certains points cités dans le mail :

De même que Sarah, j’ai travaillé au mcdo 3ans et demi en tant que formateur chef d’équipe, j’ai fait les open ainsi que les closes… Je confirme pour le Royal O fish, en effet il est toasté dans le même toasteur que le CBO et peut toucher les bout de lardons bien sec. Mais alors pour le filet o fish c’est absolument absurde : Il y’a des cuves pour chaque produit, le filet y compris, le manager est censé controler la température bien avant les cuissons des produits. Et durant la journée, jamais un équipier n’ira mettre des filet dans la cuve des nuggets, car soir le filet sera trop cuit, soit pas assez. Au niveau du toucher du bacon, il se prends avec une pince jaune qui a été supprimé lors de la full kitchen (nouvelle cuisine)… Mais la norme a remit en place un gant.

On trouvera évidemment encore et toujours des personnes qui plutôt d’assumer leur choix de consommer ce genre de produits – chacun voit midi à sa porte – minimiseront cette réalité. Le hic, c’est que les faits sont là et sont difficilement contestables.

Précisons d’ailleurs que, bien qu’ayant choisi de commercialiser des produits douteusement halal, pour ne pas dire autre chose, Quick [5] a tenu dans ses vingt-deux restaurants passés au prétendu halal à ne pas vendre de la viande officiellement non halal précisément pour éviter les mélanges inévitables. Ce choix ayant suscité la polémique que l’on sait, l’enseigne s’est finalement résigné à proposer un hamburger non halal… pré-emballé. C’est dire si préparer des sandwichs non halal en même temps que des sandwichs dans une même cuisine n’est pas possible.

Interview Jacques-Edouard Charret, patron de Quick

TF1 News : Pourquoi ne pas avoir fait coexister les deux offres dans leur intégralité?

J-E. C. : Cela nous aurait quasiment conduit à avoir deux cuisines distinctes au sein d’un même restaurant. Devant la véhémence de certaines réactions et pour respecter toutes les opinions, nous avons toutefois choisi de proposer un sandwich qui n’est pas halal. Pour garantir une traçabilité totale, ce hamburger sera conditionné individuellement en emballage scellé et simplement réchauffé en restaurant. C’est un produit qui sera très marginal dans les ventes….

Source : TF1.fr [6]