- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Le groupe Casino perd son Monsieur Halal

Principal artisan de la stratégie autour du halal chez Casino, Abderrahman Bouzid vient de quitter ses fonctions de chef de projet du département « Halal & Saveurs du Maghreb ». Convaincu de la nécessité d’anticiper sur ce que sera le marché à l’avenir, plutôt que de fouler aux pieds les principes du halal comme c’est la norme dans la grande distribution — l’actualité de ces dernières semaines en témoigne–, M. Bouzid a mis en œuvre tout un process qui aurait pu faire du groupe Casino le fleuron du vrai halal en France, et par suite à l’étranger. Il en sera autrement.

Tout n’était pas rose – nous déplorions dès 2008 le lancement précipité de ce que nous considérions être un bien joli projet, voir Wassila.fr, le bien mauvais calcul de Casino [1]) — et il demeure bien des lacunes dans ce projet, mais on peut penser, sans se tromper, que ce départ est une perte pour Casino. Il est peu probable que l’on assiste à l’avenir à des décisions aussi courageuses que salutaires pour le groupe que le déréférencement des produits non halal estampillés halal du géant Doux (voir Wassila.fr : Casino supprime plusieurs produits « halal » de ses rayons [2]) Certains, qui ont désormais les coudées franches, se réjouiront que celui qui les empêchait de penser le halal autrement qu’à travers les principes qui le régissent ne soit plus là pour les rappeler à l’ordre.

On peut désormais s’attendre au pire. Perdant la précieuse longueur d’avance qu’il avait sur ses concurrents, Casino avait mis, il y a peu, un coup de frein au développement de son projet halal. Gageons que les semaines à venir verront le géant français rejoindre le rang de toutes ces enseignes qui ont décidé de déposséder les musulmans du halal pour imposer leur propre halal, totalement haram. Casino avait des airs de trublion dans ce marché trouble du faux halal.

Dernier point : l’information n’est pas encore officielle. Elle a fuité assez rapidement depuis la centrale d’achat de Casino. Depuis un certain temps, comme nous le confiait hier encore un entrepreneur du halal, l’entourage professionnel d’A. Bouzid n’hésitait pas à dire ouvertement aux partenaires de Casino, en des termes bien plus crus, combien son départ les arrangerait. Il faut dire que ce dernier gênait particulièrement certains acheteurs pour qui l’exigence de halal était le cadet de leurs soucis et son refus de référencer des produits non conformes au vrai halal insupportable. Ils ont gagné. Au détriment de Casino.