- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Herta halal : présence de porc selon un rapport d’analyses

Mise à jour : le laboratoire Eurofins confirme au site lePost.fr que le rapport d’analyses est authentique. Lire : Porc dans Herta halal : confirmation d’Eurofins [1]

Herta halal : présence de porc selon un rapport d'analyses
Herta “halal” de Nestlé est certifié, mais pas contrôlé, par la SFCVH-mosquée de Paris

Du halal sans contrôleur, c’est du halal aléatoirement halal. Du matériel de certification halal qui est donné à la société qui fabrique par l’organisme de certification, comme c’est le cas avec l’ACMIF-mosquée d’Evry et la SFCVH-mosquée de Paris, c’est des produits halal estampillés halal par la société qui décide de ce qui sera halal ou non en fonction de ce qu’elle pense être halal. Comme nous l’écrivions dans l’article sur les produits de la marque Tahira, qui contiendraient du porc selon un reportage de la télévision belge : “Comme les organismes de certification qui leur sont respectivement rattachés (ACMIF pour l’une, SFCVH pour l’autre) ne procèdent à aucun contrôle systématique et n’ont pas leurs propres contrôleurs indépendants, hormis « la confiance », rien ne garantit aux consommateurs que leurs partenaires industriels prennent toutes les précautions nécessaires pour que les chaînes de production qui accueillent le « halal » soient toujours débarrassées de toute présence de viande porcine.” (voir Du porc dans les produits halal Sebiane et Tahira ? [2]).

Parler du halal dérange

Voilà des années que nous rappelons ce qui relève du bon sens et de pointer du doigt les incohérences, voire les malversations, volontaires autour du halal. Nous avons eu droit à des insultes, mais aussi à des menaces de la part de musulmans. Nous étions Cassandre selon de nombreux consommateurs musulmans qui ne veulent pas que l’on rappelle que la quasi-totalité des produits vendus par les gros de la viande et les multinationales françaises spécialisées dans le halal sont dans le meilleur des cas douteux, pour ne pas dire haram (illicite). Nous avons été et nous sommes l’empêcheur de faire sereinement du faux halal en rond pour des professionnels musulmans. Et pour la grande distribution, l’industrie et les syndicats de la viande, Al-Kanz.org doit disparaître. Il ne fait pas bon mettre un coup de projecteur, si modeste soit-il, sur des pratiques qui ne plairaient pas du tout, mais alors pas du tout aux consommateurs musulmans.

Dieu soit loué, des initiatives naissent un peu partout en France pour défendre le vrai halal. Parmi celles-ci, nous citions plusieurs sites Internet qui ont décidé de parler du halal. Après Asidcom [3] ou Tendances halal [4], des sites comme Al-Har [5], Questionhalal.com [6] ou encore Debat-halal.fr [7], sont aujourd’hui autant de sources d’information sur la question du halal. Les producteurs de viande et la grande distribution ne vont plus pouvoir faire ce qu’ils veulent comme ils le veulent. Et les organismes de certification qui les cautionnent vont avoir du mal à justifier plus longtemps leur choix en matière de process halal. Quant aux consommateurs musulmans les plus sceptiques sur un changement radical de situation vont sûrement revoir leur position après la révélation de ce matin du site Débat-Halal.fr qui va faire du bruit. Beaucoup de bruit, d’autant que d’autres révélations sur d’autres marques vont suivre dans les prochains jours.

“Présence de porc” dans les knacki Herta

Le blog Débat-Halal a décidé de prendre le taureau par les cornes. Petite remarque en passant : il est des actions très simples à mener, mais il faut des personnes qui décident de les mener. Le plus gros problème du marché du halal, ce n’est pas le faux halal, mais les musulmans qui demeurent encore et toujours inactifs et attendent qu’autrui fasse le travail à leur place. Nombre d’acteurs économiques sont dans un si grand sentiment d’impunité aujourd’hui qu’ils ne cherchent même pas à sécuriser leurs méfaits. Il est simple de les prendre à défaut, mais faut-il encore agir.

Que nous dit Débat-Halal ?

Aucun contrôleur indépendant n’étant présent pour assurer la traçabilité halal de ces produits, l’industriel fait comme bon lui semble, il démarre la production à l’heure qu’il veut. Jusque-là, pas de problème. Mais quand il démarre la production halal en plein milieu d’une production porcine, c’est là que le bât blesse et que la situation se complique pour obtenir du 100 % halal.

Comment peut-on être sûr que les machines qui sont utilisées pour produire du halal n’ont pas été utilisées pour la production porcine si aucun contrôleur n’est là pour le certifier ?

Source : Débat-Halal – Des rapports d’analyse qui font froid dans le dos [8]

Et de fournir un rapport d’analyses établi par le très sérieux laboratoire Eurofins.

Herta halal : présence de porc selon un rapport d'analyses
Source : Debat-Halal.fr [8]

Vous lisez bien. Selon ce rapport, “la présence d’ADN de l’espèce porcine (Sus scrofa) a été détectée” dans des knacki Herta, produit de la multinationale Nestlé. Tous les professionnels du halal ne seront pas étonnés par ces résultats. Du cochon dans les saucisses prétendument halal que tu achètes aveuglement parce que c’est écrit halal dessus. ‘Ala raqabtu (c’est pour sa pomme), hein ? Sûrement pas. En revanche, le cochon, c’est certainement ‘ala ton assiette. Et que dire de tous ces autres produits où il ne sera jamais possible de détecter au moyen d’analyses si c’est halal ou non ? Ces produits certifiés mais non contrôlés à base de bœuf, de veau, de mouton ou de poulet, qui sont vraiment non halal et que les musulmans consomment tous les jours “parce que c’est écrit halal” sur l’emballage ?

Une confiance impossible

Tout musulman censé ne pouvait jusque-là acheter des produits de grande marque, fabriqués à l’abri d’un contrôle indépendant et permanent. Qui donc pouvait et peut encore aujourd’hui manger du Fleury Michon, le roi du cochon [9] – tiens ça ressemble à Herta –, du Médina Halal [10], du Kenza halal, du Zakia Halal [11], du Reghalal [12] (nous ferons peut-être un article dans les jours qui viennent sur un incident grave lors duquel un employé non-musulman a été pris en flagrant délit, sur une production halal, en train d’abattre des dindes) ? Qui peut manger au Quick prétendument halal [13] quand on sait que la viande de Socopa, fournisseur des steacks de Quick, ne donne pas toutes les garanties de contrôle en matière de halal, même si Socopa joue sur le fait qu’AVS est présent sur l’un de ses sites, et qu’aucune des viandes vendues chez Quick ne provient d’une entreprise contrôlée de façon permanente par un organisme de certification halal. Qui peut acheter du Carrefour halal [14] qui recourt à l’abattage mécanique et n’a aucun contrôleur indépendant sur les sites d’abattage et de production ? Quel musulman peut donc faire confiance à ceux dont le cynisme mercantile foule tous les jours du pied leurs principes sacrés ? Rappelons à toute fin utile que l’industrie de la viande a juré mettre tout en place pour faire manger aux musulmans ce qu’elle aura décidé de leur faire manger. D’où le hold-up dénoncé par la pétition Halal en danger [15]. Le mépris est tel que le directeur du département chargé du halal d’une multinationale affirmait fièrement que “tant qu’il n’y a pas de scandales publics avec [tel organisme de certification]”, son entreprise continuerait à produire du faux halal.

Conseil aux musulmans qui veulent manger du vrai halal : ce n’est pas parce que vous voyez des publicités sur des médias maghrébins (Zaki Halal, Fleury Michon dans Gazelle, Courrier de l’Atlas, Salamnews, Saphirnews, etc.) que c’est halal. Exercez votre sens critique, ne vous laissez pas convaincre par ce qui est improbable et ne laissez pas votre assiette aux mains de ceux qui ont décidé d’en faire un dépotoir.

Nous vous invitons à lire en masse cet autre article du blog Débat-Halal – que nous saluons et remercions vivement pour sa volonté de mettre au jour quelques vérités : La saucisse sèche et le chorizo [16].

Faire faire des analyses, un jeu d’enfant

Les analyses sont une arme redoutable contre le faux halal. Redoutable et accessible à tous. Vous êtes quatre ou cinq amis, vous en avez assez du faux halal ? Mettez la main à la poche, rassemblez 140 euros (environ le prix hors taxe d’une analyse), achetez un produit qui vous semble douteux et faites faire des analyses. Si votre choix se porte sur le bon produit, vous ferez mouche.

Vous venez de créer une petite association de consommateurs dans votre ville ou vous êtes une association musulmane soucieuse de ce que les musulmans consomment (et non uniquement de savoir comment accueillir le maire de la ville au prochain Aïd). Consacrez une caisse à ce genre d’actions et faites faire régulièrement des analyses. Le halal, le vrai, est entre les mains des bonnes volontés. Une piste pour commencer : commencez par ceux qui fabriquent des produits halal sur les mêmes sites qui produisent du cochon, sans contrôle extérieur et indépendant. Surprises garanties…

Vous pouvez d’ailleurs dès aujourd’hui vous rendre dans votre supermarché le plus proche et acheter des produits qu’il serait intéressant à analyser. Les contrevenants n’auront pas le temps de faire diversion en changeant de process et en communiquant après coup sur le fait que leurs produits ne contiennent pas de porc. Aujourd’hui, le résultat de leur forfait, les produits prétendument halal, est toujours à la portée de consommateurs avertis.