- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Interdiront-ils les sermons des coptes, des juifs, des orthodoxes ?

Nasredine, lecteur d’Al-Kanz, s’interroge sur l’initiative particulièrement audacieuse de l’UMP qui bafoue sans vergogne la laïcité et qui de facto affectera l’ensemble des cultes présents sur le territoire français.

Interdiront-ils les sermons des coptes, des juifs, des orthodoxes ?
Prêtre copte officiant en France en arabe (Deuil-la-Barre, 95)

J’ai entendu des politiciens dans un débat télévisé, de gauche et de droite, qu’ils comptaient mettre sur la table, entre autre, la question de la langue des prêches dans les mosquées. Ils ne trouvent, en effet, pas normal qu’en France les prêches soient en arabe. Comme si la langue arabe en elle même constituait une menace ! Ce qui m’a choqué c’est que des imams, médiatiques certes, les ont rassurés en leur disant que dans beaucoup de mosquées les prêches se font déjà en français et que si cela devait être la règle alors les imams feront leurs prêches, sans aucun problème, en langue française.

On se permet avec les musulmans, et déjà depuis un bon moment, ce qu’on ne se permettrait, au nom de la liberté de culte, pour les autres communautés religieuses. Eh bien ! Si on devait encore légiférer sur la question de la langue des prêches et imposer le français alors au nom de l’égalité il faudrait demander que :

– dans les églises orthodoxes en France, on ne fasse plus de sermons en russe ou en slave,
– dans les églises arméniennes en France, interdire l’arménien,
– dans les églises coptes et moyen-orientales de France, interdire l’arabe,
– dans les synagogues en France, interdire l’hébreu,
– dans les pagodes en France, interdire les langues indo-asiatiques,
– dans les temples et les églises américaines en France, interdire la langue anglaise,
– dans certaines églises en France, interdire tout prêche en latin et aussi interdire tous ces discours religieux, politiques et philosophiques prononcés en langue étrangère.

Sinon, cela constituera purement et simplement de la discrimination envers un culte, l’islam et une langue en particulier, l’arabe. Est-ce que la République est prête à ça au nom de la laïcité et de l’égalité des culte ? Pas sûr. Si ce n’est pas la cas, alors les musulmans devront demander à faire respecter ces principes par tous les moyens légaux sinon les prochaines étapes seront :

– la couleur des jellabas des imams qui seront remises en question,
– la taille de la barbe des musulmans sous prétexte que ça fait peur aux enfants,
– la non-mixité dans les mosquées, puisqu’il ne sera plus toléré qu’un espace soit réservé aux hommes et un autre aux femmes.

De même que pour respecter la parité, et ne pas se mettre hors-la-loi, les rangs lors de la prière devront sûrement alterner entre une femme et un homme. Et on finira pas interdire la vente du Coran en arabe en France. A quoi bon puisque, d’une part, tous les Coran sont traduits en français et, d’autre part, personne ne comprendra l’arabe qui sera une langue de troisième zone, voire une langue de parias.

Vive la République ! Vive la France !