- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Melon ou de l'islamophobie vintage dans une mairie du 95

Vigilant. Le collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) l’est particulièrement ces derniers temps. Et pour cause, les sorties islamophobes se multiplient. Dernière affaire en date, un tract injurieux est distribué dans les boîtes aux lettres de la ville d’Herblay (Val d’Oise). Sur ce tract, une photo qui montre des fidèles en prière dans une rue de Puteaux. La photo provient du site de la mosquée de Puteaux qui en juillet 2009 postait sur son site un message aux fidèles (voir Mosquées pleines, porte closes [1]). En légende, la phrase suivante : « Les cultivateurs en colère déversent des tonnes de melons dans les rues. »

Du melon ou de l'islamophobie vintage dans une mairie du 95

Des melons ? Pour les plus jeunes, le terme désigne un fruit juteux particulièrement apprécié en été. Pour les moins jeunes, melon est aussi employé pour qualifier un Arabe, généralement entre deux pastis. Mais pas seulement : le tract en question est le fait, selon le CCIF, du responsable du service des sports et de la jeunesse de la municipalité d’Herblay. Alerté, le maire UMP, Patrick Barbe, se dit “totalement solidaire de la population – musulmane ou autre – qui a pu être choquée” et précise avoir suspendu le contrevenant pour faute lourde.

Dans son communiqué, le CCIF qui prend acte de la décision du maire, indique suivre l’affaire de près et rappelle que ce qui était à l’origine un mail a fini sur les murs de la ville ; ce que relève par ailleurs Patrick Barbe, lequel estime qu’il est “évident que l’on veut nuire à l’image des services de la ville d’Herblay et, au-delà, de son maire, candidat aux élections cantonales” : le tract est daté du 3 février 2011, date à laquelle le mail a été imprimé.

Le CCIF demande à ce que l’agent municipal incriminé ne soit pas “le seul à porter la responsabilité d’un comportement aussi indigne”. Et ajoute que “des poursuites devant les tribunaux compétents sont à l’étude dans le cas où les exigences de justice n’auraient pas été satisfaites”.

Vous êtes outrés ? Dépassez l’indignation et adhérez au CCIF, dont l’engagement permettra avec votre soutien, d’éviter in cha’a-Llah des drames. Car comme le disait son président, Samy Debah, nous attendons en France les premiers morts [2], victimes de l’islamophobie. Bougez-vous, adhérez !

Robert Badinter dénonce la [3]

Collectif contre l’islamophobie en France
[email protected]
09.54.80.25.93