- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Porc dans Herta : pourquoi Zakia halal a paniqué ?

En janvier dernier, la publication d’un rapport d’analyses du laboratoire Eurofins faisant état de la présence de porc dans des saucisses Knacki Herta halal (groupe Nestlé) [1] eut l’effet d’une bombe dans le milieu très fermé des industriels ayant choisi d’investir le marché du halal. Le sentiment d’impunité, entretenu par une opacité volontaire, était tel que nombre d’entre eux ont tremblé quand ils se sont rendu compte que les consommateurs musulmans avaient un pouvoir : celui de dire “Stop”. Leur frayeur a été à la mesure de leur désarroi : si même le numéro mondial de l’agro-alimentaire vacille, qui pourra prétendre être à l’abri ? se disait-on chez les contrefacteurs du halal.

En janvier donc, Nestlé était dans la tourmente. Nestlé et pas Zakia Halal. Et pourtant, alors que rien ne désignait cette filiale de Panzani, il a été décidé d’entrer en communication de crise. Cas d’école de ce qu’il ne faut pas faire : à l’abri des critiques, Zakia halal a attiré l’attention sur son cas en alertant d’une pop-up agressive l’internaute qui arrivait sur son site. “Nous n’avons rien à nous reprocher, promis, juré, craché”. Rien a priori n’accusait, à ce moment-là, la société.


Capture d’écran du site Zakia.fr

L’initiative, bien maladroite, soulève quelques questions. Comme l’enfant, à qui l’on n’a rien demandé, mais qui tient absolument à dire très fort “C’est pas moi”, Zakia Halal a tenu à dire “C’est pas moi”. Il faut dire que depuis des mois l’entreprise n’assume plus vraiment le partenariat avec la SFCVH-mosquée de Paris. D’où son embarras, qui jusque-là se faisait discret. En janvier dernier, la société l’a révélé publiquement. A l’insu de son plein gré.

Zakia Halal pensait pouvoir convaincre les consommateurs musulmans qu’elle n’était en rien comparable avec Nestlé. C’est raté. Zakia Halal, Fleury Michon, Herta, toutes ces entreprises fonctionnent exactement de la même manière. D’où précisément la crainte justifiée de connaître le même sort que la marque Herta.

Faut-il encore que les consommateurs musulmans continuent à dire “Stop”.