- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

UFCM, nouvelle association de consommateurs musulmans

Merci de diffuser au maximum l’adresse du site de l’UFCM : www.ufcm.fr [1] et d’inviter vos amis, vos proches et l’ensemble de vos contacts à adhérer gratuitement à cette association. L’UFCM a besoin de vous. Nous soutenons pleinement cette initiative qui devrait amener à de vrais changements in cha’a-Llah.

Pendant des années, la quasi-totalité des industriels présents sur le marché du halal ont méprisé ouvertement les consommateurs musulmans. On vendait sciemment du faux halal aux musulmans, retranchés derrière des certificats de complaisance. Le consommateur musulman devait acheter et se taire. Officiellement, tout paraissait propre. Tout est d’ailleurs officiellement propre. Il suffit de lire les articles que consacre au halal la presse, qu’elle soit professionnelle (Linéraires, LSA, etc.) ou généraliste (Le Monde, Le Figaro, etc.) pour se rendre compte que les faussaires du halal ont autant de respectabilité, sinon plus, que ceux qui veillent à commercialiser du halal respectueux des normes islamiques en la matière.

Tout va pour le mieux. Ou pas

Il faut dire que les médias sont aidés par des spécialistes qui ont découvert il y a peu l’eldorado qu’est le marché du halal. Le cabinet Solis, qui n’a investi ce marché qu’en 2009, est devenu l’expert qu’il faut interviewer qu’à la faveur d’une conférence donnée la même année au salon du halal. Avant cela, personne ne connaissait ce cabinet. Après, les journalistes, friands de chiffres – dont la teneur importe peu –, l’ont consacré comme la référence sans se demander si l’expertise avancée était solide. De même en 2010, le cabinet Xerfi [2] investissait le marché avec une étude calamiteuse. Son arrivée n’a d’ailleurs pas été du tout appréciée par Solis, notamment parce que face aux journalistes, Xerfi avançait les chiffres… de Solis.

Ces cabinets, tout comme la presse, ont ainsi entretenu l’idée que toutes les marques qui se disaient halal l’étaient. Si personne n’imagine, dans une étude consacrée au luxe, les contrefacteurs de Vuitton cités comme des acteurs économiques légitimes, pour le halal, cette règle est valable. On peut tout dire, de toute façon les musulmans continuent d’acheter les produits qu’on leur vend. C’est la seule vérité qui compte. Le reste n’est que littérature. Ou agitation d’extrémistes sur Internet, comme cela a pu être dit pendant l’affaire Herta. Il fallait bien que les industriels se persuadent que le vent ne tournait pas. Mais le vent a bel et bien tourné. Il y a un avant et un après l’affaire des saucisses au porc prétendument halal de la marque Herta [3].

Les consommateurs ont pris le pouvoir

Le monde du halal a compris que les consommateurs ont un pouvoir. Mieux, il l’a admis. Certains, qui hier les méprisaient ou n’avaient guère de considération à leur endroit, sont là à louer leur force et à saluer leur engagement. C’est le consommateur qui peut faire changer les choses, nous dit-on. Sans blague. On aurait aimé les entendre hier. On s’amuse de les écouter aujourd’hui. Car c’est bien le consommateur qui a le pouvoir de mettre à l’amende ceux qui ont choisi de lui vendre du halal comme il l’entend tout en le méprisant. Nestlé l’a compris à ses dépens en janvier dernier. Nestlé et l’ensemble des acteurs du marché du halal qui ont tremblé et qui tremblent encore.

Tous craignent un réveil effectif et définitif des consommateurs musulmans. Mauvaise nouvelle : une nouvelle association de consommateurs vient de voir le jour. Elle s’appelle UFCM, union française des consommateurs musulmans. Comme indiqué sur son site, l’UFCM « a pour vocation de défendre et de protéger les intérêts des consommateurs en général et du consommateur musulman en particulier ». Du vent ? pas si sûr : une action en justice contre un industriel, pour tromperie sur les caractères substantiels d’un produit, est en cours. En d’autres termes, il y a aujourd’hui un industriel présent sur le marché du halal qui doit s’attendre à recevoir une convocation devant le tribunal pour s’expliquer sur les produits qu’il commercialise. Cet industriel, très présent dans les rayons halal de la grande distribution, a selon toute vraisemblable du souci à se faire. Pas mal de soucis.

Adhérez gratuitement à l’UFCM

L’UFCM a une ambition nationale. Information et sensibilisation sont au cœur de son action. Nous avons en janvier avec l’affaire des Knacki prétendument halal au porc en janvier que les appels téléphoniques des consommateurs au service consommateur Herta ont contribué à la victoire de ces derniers. Vous étiez très nombreux, partout en France, de tous les horizons, de toutes les classes sociales. Parce que vous avez pris votre téléphone, parce que vous avez décidé d’agir, simplement, modestement, vous avez pu faire entendre vos voix. L’UFCM s’inscrit dans la continuité de cette mobilisation. Vous pouvez, vous simples consommatrices, simples consommateurs, changer la face du marché du halal. Adhérez gratuitement à l’UFCM. Plus nous serons nombreux, plus nous réussirons à faire entendre notre voix. La victoire du vrai halal sur le faux halal dépend, par la grâce de Dieu, de votre engagement. Pour vous inscrire, cliquez sur le lien suivant et remplissez le formulaire.

http://www.ufcm.fr [4]