- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Pour manger halal, vérifiez la poubelle de votre boucher

Halalgate. Ci-dessous une photo prise par un jeune homme habitant la région parisienne. ll s’agit de la poubelle d’un boucher qui prétend vendre de la viande halal. On distingue deux cartons, l’un blanc, l’autre vert.

Du “halal” équivalent au non-halal

Le blanc contenait du poulet de la société Flandrex, une société belge qui vend du poulet qu’aucun musulman averti ne mangerait s’il savait de quoi il retourne : abattage mécanique, après non pas électronarcose (passage de la volaille dans un bain électrifié qui souvent tue), mais gazage.

Pas de présence de contrôleurs indépendants, systématiquement sur site, puisque cette société est certifiée par la SFCVH-mosquée de Paris qui ne salarient aucun contrôleur, au contraire d’autres organismes de certification qui envoient leurs propres contrôleurs sur site (abattoir et centre d’élaboration des viandes).

Le carton vert contenait du poulet de la société belge Artislach. Artislach et Flandrex, c’est bonnet blanc blanc bonnet, ou comme disent certains “Al-Hajj Moussa et Moussa Al-Hajj”. Kif-kif bourricot : abattage mécanique et gazage.

La mosquée de Paris ne peut garantir le halal

Vu qu’un certain nombre de bêtes meurent avant le passage par le disque qui tranche la gorge des bêtes et qu’il n’y a pas de contrôleurs indépendants sur place qui pourraient se charger de faire le tri avant l’abattage, la SFCVH-mosquée de Paris ne peut nullement garantir que ce ne sont pas des cadavres de poulets avant abattage (al-maita en arabe) que les musulmans qui achètent ces produits consomment.

Profitons-en pour demander à ces barbus qui mangent cette viande – chez McDo, chez Carrefour – ou qui la vendent dans leurs grecs de nous sortir les versets, les hadiths et les paroles de savants qui autorisent de manger la maita des gens du Livre (voir à ce propos l’encadré jaune qui précède l’article suivant : Du poulet halal selon KFC, Doux, Quick, Herta, Carrefour et bien d’autres [1]).


Nombre de poulets meurent avant passage par le disque

Revenons-en aux poubelles du boucher.

Quand les poubelles disent tout

Vous êtes nombreux à vouloir agir pour faire changer les choses et pour imposer aux acteurs du marché du halal de faire preuve de transparence. L’idée de cet internaute qui nous envoie cette photo est excellente : n’hésitez pas à jeter un œil dans la poubelle de votre boucher.

L’emballage de ces produits vous dira tout sur ce qu’il vous présente dans ces vitrines. Notez les marques qui figurent sur les cartons, les coordonnées de la société et appelez-les. L’emballage cartonné blanc, souvent des boîtes de cuisses de poulets de dix kilos, doit vous mettre la puce à l’oreille ; de même que la provenance du poulet.

Si c’est du poulet “halal” provenant de Belgique, multipliez les vérifications. Pensez à demander des explications à votre boucher. Croyez-nous, si chaque boucher en France est poussé ainsi à la transparence, la situation évoluera très vite.

Voici deux autres cartons très vendus aux musulmans (marque Doux et Vanobel [2]).

Valbona SFCVHValbona SFCVH

Pour en savoir plus sur le poulet belge, il faut absolument lire : 1) un article du site Debat-Halal : le poulet belge [3] 2) la partie de l’enquête du journaliste Amine Boulanouar (voir le billet datant de 2006 La filière du faux halal [4]) consacrée notamment à la société Flandrex et à son certificateur la SFCVH, disponible en ligne sur le site Alternet.info : enquête viande halal [5]. Pour l’anecdote, pendant cinq ans (jusque l’affaire Herta), on lisait en une du site de la SFCVH un droit de réponse contre Amine Boulanouar et des menaces de procès. Un peu comme aujourd’hui en somme.

Dernière remarque : on va sûrement entendre des cris d’orfraie d’esprits chagrinés par l’idée de regarder dans la poubelle de son boucher. Évidemment, ces esprits chagrins sont ceux qui trouvent normal que l’on choque, mente, trompe, trahisse les consommateurs musulmans. La poubelle, quand elle contient les emballages des produits vendus en magasin, ne ment pas. Faites-lui confiance (jusqu’à ce que les bouchers retors se rendent compte de votre vigilance et se méfient de leur propre poubelle). Quoi de plus efficace que de vérifier la provenance de la viande vendue dans une boucherie. Demandez à votre poubelle, elle vous dira tout. Quand on vous claque la porte au nez, passez par la fenêtre.