- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Droit de réponse de l'AFNOR

Suite à la publication d’un article sur la commission de l’AFNOR [1] chargé d’une réflexion sur une prochaine norme européenne halal, de nombreux lecteurs ont contacté l’organisme, en particulier la personne chargée de superviser cette commission. Malheureusement, parmi les courriels, nous indiquent l’AFNOR, on compte un certain nombre d’envois contenant insultes ou menaces. Ce qui est déplorable et condamnable. Au-delà de cet aspect, l’AFNOR souhaite apporter certains éclaircissements après les informations que nous avons publiées.

AFNOR anime depuis bientôt 3 ans un groupe de réflexion français qui vise à étudier la faisabilité de création d’une norme sur les produits Halal au niveau européen. Le groupe de réflexion a été créé dans le but de répondre à une demande du Comité Européen de Normalisation – CEN – sur la faisabilité d’un tel projet.

L’Autriche, à l’initiative de cette réflexion, a la responsabilité de remettre le rapport d’étude de faisabilité du projet en fin d’année 2011. Ce rapport sera constitué des contributions des pays européens impliqués dans la réflexion, tels que, entre autres, la Croatie, la Suède, les Pays-Bas, la Turquie, la Bosnie… et la France. Suite à la remise du rapport, et dans le cas où il valide le principe d’initier un tel projet, le Bureau Technique du CEN demandera à ses membres de voter pour ou contre la constitution d’un comité technique de normalisation européen sur le sujet.

Dans le cadre de sa mission de veiller, de manière impartiale, à la prise en compte des intérêts de toutes les parties prenantes en France, AFNOR, dès 2008, a convié l’ensemble des parties intéressées à participer aux échanges. Ainsi, le Groupe de Travail produits Halal réunit des professionnels du domaine agroalimentaire, des représentants de l’État et des fédérations, associations et syndicats concernés, et des représentants musulmans dont l’instance représentative du culte musulman le CFCM – Conseil Français du Culte Musulman, les grandes mosquées de Lyon, Paris, Evry. Comme pour l’ensemble de ses travaux, AFNOR veille à préserver la confidentialité des débats, permettant ainsi aux participants d’échanger librement sans crainte de voir leurs propos divulgués publiquement. Extraits de leur contexte, ces propos peuvent engendrer des incompréhensions et des interprétations préjudiciables au bon déroulement des travaux. Les noms des participants sont également tenus secrets, ils ne sont que les représentants de leurs organisations respectives.

Nous regrettons donc la mise en avant du nom du salarié de notre Groupe, secrétaire du groupe de réflexion, dans un article portant sur la préparation de la réunion du lundi 3 octobre, d’autant plus que celui-ci a reçu de nombreux courriers d’insultes voire de menaces et s’en trouve profondément affecté. AFNOR, qui délègue un salarié pour assurer le secrétariat des groupes de travail, n’a pas vocation à participer au contenu des échanges mais à les faciliter en organisant les aspects logistiques des réunions, la rédaction des comptes rendus, et la relation avec le Comité Européen de Normalisation, pilote de la démarche européenne.

AFNOR n’intervient donc pas dans le cours des discussions mais veille au principe de consensus. Le consensus consiste à aboutir à une décision commune de l’ensemble des parties prenantes, en s’assurant qu’elle puisse aussi refléter celle de l’utilisateur final, en général le consommateur. En cas d’opposition ferme d’une des parties intéressées, le consensus n’est obtenu.

La normalisation est souvent confondue avec la réglementation. Pourtant, elle diffère de cette dernière par son caractère volontaire – seules 2% des normes ont un caractère obligatoire –, et par son processus démocratique permettant la prise en compte des intérêts de toutes les parties prenantes et visant à aboutir à une décision commune. Il est néanmoins vrai que le processus de normalisation peut parfois apparaître comme complexe. Notre forte implantation régionale, notre présence sur les réseaux sociaux, notre participation à de nombreuses manifestations en France et à l’internationale, nos publications à destination indifférenciée de la presse et des blogs… démontrent que nous nous efforçons au quotidien de donner un maximum de visibilité à nos actions, parce que nous avons à cœur de démontrer que la normalisation agit pour tous et dans l’intérêt commun pour un monde plus sûr.

Deux remarques :
– si nous avons publié le mail dudit responsable chargé de la commission halal, c’est uniquement dans un souci d’efficacité afin que les éventuels courriels adressés à l’AFNOR arrivent à bon port. Nous l’avons écrit précédemment, nous regrettons et condamnons les insultes et les menaces. Précisons à ce titre qu’il nous importerait que les quelques-uns qui ont du mal à contenir leurs émotions quand ils s’adressent à des tiers s’abstiennent à l’avenir d’écrire.

– que l’AFNOR soit une instance neutre, soit. Pour autant, dans un cas aussi particulier que celui d’une norme halal, il est proprement aberrant que ceux-là mêmes qui rêvent de voir disparaître ce qui fait l’essence même du halal soit partie prenante de discussion autour de cette future norme.