- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Des vertus d’un hadith pour l’entreprise

L’édito qui suit, de notre cru, a été publié dans le numéro 9 d’Al-Tijari [1], magazine destiné aux professionnels de la filière alimentaire halal, édité et distribué auprès de décideurs et chefs d’entreprise.

Des vertus d’un hadith pour l’entreprise

Il n’est pas rare d’entendre des commerçants pester contre les consommateurs qui “ne veulent que le prix”, tout comme il est courant de voir des clients reprocher au commerçant du coin de vouloir s’enrichir sur leur dos. Les uns et les autres ne pourraient s’entendre tant leurs intérêts divergeraient. Comme s’il était impossible à chacun de dépasser ses propres intérêts pour penser plus largement au bien de tous.

De l’altruisme dans l’entreprise

Dans un célèbre hadith, le Prophète (paix et bénédiction sur lui) consacre l’altruisme tel qu’un musulman doit l’entendre : « N’a pas atteint la plénitude de la foi celui qui ne veut pour son frère ce qu’il veut pour lui-même. » Cet enseignement couvre tous les aspects de la vie du musulman sans exception. De fait, chacun cherchera à l’appliquer dans ses relations aux autres, y compris dans la relation commerciale. Ainsi, tout entrepreneur musulman qui commercialise un produit ou un service doit avoir en tête cette parole du Prophète (paix et bénédiction sur lui). L’avoir en tête, mais aussi s’employer à la mettre en oeuvre et à l’appliquer au quotidien.

« N’a pas atteint la plénitude de la foi celui qui ne veut pour son frère ce qu’il veut pour lui-même. »

Commerçants et clients, partenaires

En pratique, on peut imaginer qu’un commerçant ne se souciera pas seulement de la rentabilité de son offre, mais encore de l’adéquation du prix et de la clientèle visée. Il ne sera alors plus uniquement question de rendement, de marge, de bénéfices – que l’entrepreneur ne peut évidemment jamais perdre de vue. Le souci du client deviendra ainsi un critère que le commerçant prendra en compte. De même, les clients s’emploieront à soutenir l’activité du commerçant en privilégiant ses produits ou ses services. Une entreprise assurée de vendre, grâce en l’espèce à une clientèle acquise, est une entreprise vers le succès. Ainsi, commerçants et clients ne se penseront plus en adversaires, mais bien en partenaires.

Créons ensemble un cercle vertueux

Un tel cercle économiquement vertueux peut fonctionner dès lors que chacune des parties fait sienne la parole prophétique citée précédemment. Tout le monde y gagnerait : l’entrepreneur, car il aura une clientèle fidèle, les clients, car ils achèteront des produits au juste prix, et plus généralement la communauté, en ce qu’elle aura réussi à vivre un enseignement prophétique, et non des moindres. On peut même imaginer qu’une telle conception du commerce favorise l’entrepreneuriat, et in fine l’économie : tout porteur de projet qui est assuré de pouvoir vendre à une clientèle acquise n’hésitera pas à créer son entreprise, permettant la création de richesses, favorisant l’emploi et luttant ainsi contre la paupérisation de la société.