- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Regarder dans les poubelles : "un geste légitime"

Lorsque nous avons publié notre billet Pour manger halal, vérifiez la poubelle de votre boucher [1], des lecteurs n’ont guère apprécié, certains n’hésitant pas à nous prendre à partie violemment.


Emballage de cuisse belge [1], estampillée halal…

Voici ce que nous préconisions :

Revenons-en à cette poubelle de boucher. Vous êtes nombreux à vouloir agir pour faire changer les choses et pour imposer aux acteurs du marché du halal de faire preuve de transparence. L’idée de cet internaute qui nous envoie cette photo est excellente : n’hésitez pas à jeter un œil dans la poubelle de votre boucher. L’emballage de ces produits vous dira tout sur ce qu’il vous présente dans ces vitrines. Notez les marques qui figurent sur les cartons, les coordonnées de la société et appelez-les. L’emballage cartonné blanc, souvent des boîtes de cuisses de poulets de dix kilos, doit vous mettre la puce à l’oreille ; de même que la provenance du poulet. Si c’est du poulet « halal » provenant de Belgique, multipliez les vérifications. Pensez à demander des explications à votre boucher. Croyez-nous, si chaque boucher en France est poussé ainsi à la transparence, la situation évoluera très vite.

Eh bien, hier, le site Challenges publiait un article accablant pour les boulangers-pâtissiers qui vendent très cher, de 10 à 40 euros, des galettes des rois « exactement identiques à [celles vendues] cette année 4 euros chez Carrefour et 4,50 euros chez Auchan pour une galette 6-8 parts. » Voici ce que l’on peut notamment lire de particulier intéressant.

Traquer les camions de livraison le matin

Pour cet artisan, il faut aller regarder dans les poubelles des pâtissiers pour en avoir le cœur net, un geste d’autant plus légitime que c’est le seul moyen de savoir quels sont les ingrédients utilisés. Beurre ou margarine, arômes artificiels, quantité et provenance des amandes, conservateurs… La fabrication industrielle oblige parfois à sélectionner les matières premières les plus pratiques et les plus disponibles.

Source : Challenges, La vérité sur les prétendues galettes des rois artisanales [2]

Jeter un oeil, sans verser dans l’espionnage, dans la poubelle de certains commerçants ne dérangerait donc pas tout le monde ?