- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Islamophobie : la France, on l’aime, mais on la quitte

C’est l’histoire de quelqu’un. En France. Profession libérale, CSP+, pouvoir d’achat élevé, largement au-dessus de la moyenne, marié, des enfants, très bien « intégrés » comme ils disent. Il vit à Paris, paye plus d’impôts que l’immense majorité des Français, fait partie de la France qui gagne, voyage aux quatre coins du monde.

Mais, il est musulman. Il a donc décidé de démissionner de son poste très bien payé. Tout comme son épouse, tout aussi bien payée. Et ensemble, en famille, ils vont quitter le pays pour s’installer au Maghreb. La France perd là deux de ses enfants qu’elle a pourtant chèrement formés.

Du vœu pieux au départ

Etre musulman en France est devenu un problème. Aujourd’hui plus qu’hier. Si l’appel à la hijra (émigration) dans un pays musulman a toujours été une réalité, obligation pour les uns recommandation pour les autres, option pour d’autres encore, cette réalité n’a jamais été aussi prégnante et effective qu’aujourd’hui. On ne se contente plus de vouloir quitter la France, on la quitte.

Etre musulman en France est devennu un problème.

La France, particulièrement celle de Nicolas Sarkozy et de la gauche islamophobe très active au sein du parti socialiste, a réussi à dégoûter de nombreux musulmans. Mieux, elle a convaincu nombre de musulmans peu sensibles à l’argument religieux de la hijra et persuadés il y a quelques années que leur avenir était dans l’Hexagone. Il ne s’agit plus de savoir s’il faut partir, mais où partir : Grande-Bretagne, Canada, Belgique, Algérie, Tunisie, Maroc, Dubaï, Malaisie, Arabie saoudite.

Une islamophobie insupportable

Il y a quelques jours nous avons posé la question suivante en page d’accueil de notre site : Le climat islamophobe qui frappe la France vous incite-t-il à quitter le pays ? Voici les résultats.

Non, mais j’y pense parfois : 30 %, 329 votes
Oui, je compte partir au plus vite : 26 %, 285 votes
Oui, mais je n’ose pas franchir le pas : 23 %, 245 votes
Non, je compte rester vivre en France : 21 %, 227 votes

Nombre de votants : 1 086

56 % des votants sont ainsi plutôt enclin à partir ou avec une envie forte de partir. 23 % n’osent pas. Et seulement 21 % compte rester. C’est certes là un sondage, qui n’a pas été réalisé dans des conditions rigoureuses. Il ne s’agit de toute façon pas tant de sonder les musulmans que de prendre la température pour discuter de cette nouvelle donne. La France est en train de connaître ce qui commence à ressembler à une hémorragie, à tout le moins dans les intentions. Facteur aggravant pour le pays, ce ne sont pas les plus démunis qui partent. L’islamophobie, fléau en France, mais atout pour les pays d’accueil ?

Et vous, dites-nous, comptez-vous quitter la France ?

Crédit photo Une : Abdallahh [1]