- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Vers la fin de l’abattage rituel en France

Vers la fin de l'abattage rituel en France
Bœuf étourdi par une balle de pistolet – Crédit L214 [1]

La droite et l’extrême droite, qui peuvent déjà se targuer d’avoir sérieusement abîmé le vivre-ensemble en France, auront peut-être dans quelques semaines un nouveau trophée de chasse : si rien n’est fait pour mettre un terme à l’hécatombe, de nombreux éleveurs et producteurs spécialisés dans la viande halal pourraient très sérieusement pâtir de l’incurie politique et démagogique qui depuis des années prend pour cible l’abattage rituel. Tout cela au profit de professionnels étrangers.

Fin décembre était publié un décret stipulant que les abattoirs qui pratiquent l’abattage rituel devront obtenir à partir du 1er juillet 2012 une autorisation préalable du préfet. Voici in extenso le principal article :

« III. ― Un abattoir ne peut mettre en œuvre la dérogation prévue au 1° du I que s’il y est préalablement autorisé.
L’autorisation est accordée aux abattoirs qui justifient de la présence d’un matériel adapté et d’un personnel dûment formé, de procédures garantissant des cadences et un niveau d’hygiène adaptés à cette technique d’abattage ainsi que d’un système d’enregistrements permettant de vérifier que l’usage de la dérogation correspond à des commandes commerciales qui le nécessitent.
La demande d’autorisation est adressée au préfet du département du lieu d’implantation de l’abattoir qui dispose d’un délai de trois mois à compter de la réception complète du dossier pour statuer sur la demande. L’autorisation est accordée par arrêté du préfet. Cet arrêté peut restreindre l’étendue de l’autorisation à certaines catégories d’animaux.
Le contenu du dossier de demande d’autorisation est précisé par arrêté du ministre chargé de l’agriculture.
Toute modification des éléments pris en compte pour l’octroi de l’autorisation initiale, de même que la cessation d’activité doivent être notifiées au préfet. Au vu des modifications constatées, celui-ci décide de la nécessité de renouveler ou modifier les conditions de l’autorisation.
L’autorisation peut être suspendue ou retirée à la demande de l’établissement, ou par le préfet en cas de méconnaissance des conditions de l’autorisation ou des dispositions du présent titre. »

Décret n° 2011-2006 du 28 décembre 2011 fixant les conditions d’autorisation des établissements d’abattage à déroger à l’obligation d’étourdissement des animaux [2]

Vers la fin de l'abattage rituel en France
Pistolet d’étourdissement – Crédit L214 [1]

Alors que ce décret devait encadrer l’abattage rituel, il est utilisé de façon dévoyée pour contraindre les abattoirs à pratiquer de façon massive et indifférencié assommage et électronarcose. Tout établissement récalcitrant se voit retirer l’agrément lui permettant de faire du halal. La situation est telle que la pratique de l’étourdissement [3] se généralise de fait dans les abattoirs français, lésant juifs et musulmans qui ne peuvent plus jouir de la dérogation qui leur était accordé depuis des années.

Une fois n’est pas coutume l’irresponsabilité des politiques va plonger plus encore dans la crise de nombreux professionnels de la viande qui vont voir leurs concurrents étrangers s’approprier tout naturellement leurs marchés. Faute de pouvoir se fournir en France, nombre d’entreprises du halal se tournent vers des abattoirs d’Europe de l’Est ou du nord de l’Europe, alors même qu’elles désirent travailler avec de la viande française.

Dans un communiqué, l’organisme de certification et de contrôle halal AVS alerte les consommateurs sur cette nouvelle situation.

Nous annoncions en mars dernier que la situation devenait difficile en abattoir pour les opérateurs désireux de voir préserver l’abattage rituel. En effet, depuis la parution du décret du 28 décembre 2011, les pressions s’accroissent afin de marginaliser la pratique de l’abattage rituel.

Les conditions draconiennes imposées par ce texte, auxquelles s’ajoutent parfois le zèle de certains agents, finissent par dissuader les quelques abattoirs français qui respectaient l’abattage rituel sans assommage.

Au cours de ces dernières semaines, certains de nos partenaires ont dû rompre nos relations communes pour cause de généralisation des pratiques d’assommage, l’agrément leur étant refusé par la DDPP (Direction départementale de la protection des populations). Nous pensons d’ailleurs que ce n’est qu’une première étape vers de nouvelles difficultés plus rudes. Ces défections recensées ne concernent pas que les abattoirs partenaires d’AVS. En effet, nous savons que plusieurs autres abattoirs qui pratiquaient jusqu’alors l’abattage sans assommage ont décidé de généraliser l’assommage.

Nous rappelons que l’assommage généralement pratiqué en France sur les bovins adultes (assommage par pistolet) et les volailles (assommage par électronarcose) est interdit par la grande majorité des conseils de savants du monde musulman et notamment le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche.

Dans ces conditions, et particulièrement à l’approche du mois béni de Ramadan, nous appelons les consommateurs musulmans à la plus grande vigilance concernant la consommation des viandes. Nous conseillons d’une part une diminution conséquente des quantités de viandes consommées afin de se rapprocher de la tradition prophétique et d’autre part l’exigence d’une certification halal indépendante par un organisme refusant les pratiques d’assommage et exerçant un contrôle permanent.

En espérant que Dieu nous accorde ses bénédictions en ce mois béni de Ramadan, nous souhaitons aux musulmans et musulmanes de France un Ramadan béni.

Liste des abattoirs dont le contrat a été résilié :
– Rocvent
– Loeul et Piriot

Si les ministres du Redressement productif et de l’Alimentation ne se mobilisent pas rapidement pour abroger ou encadrer ce décret, il faut s’attendre à une crise profonde dans le secteur agricole. Il est du reste peut-être déjà trop tard.