- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

En France, toutes les barbes ne se valent pas

barbe
Crédit – Eric McGregor [1]

Elle est corse. Il est arabe. Elle est photographe, il est photographe. Elle est de souche, il est douteux. Dans une tribune sur le site Rue89, Héloïse témoigne d’une mésaventure dans un magasin réputé. La barbe d’apparence musulmane de son compagnon a contrarié l’achat d’un ordinateur.

Une femme enceinte corse qui s’énerve contre un vigile ou une caissière, c’est acceptable, un arabe barbu d’1m80 et 95 kilos finit malheureusement au poste.
Un barbu qui s’appelle Nouredine

Il y a déjà eu un précédent lors de l’achat de ma bague de fiançailles dans un grand magasin parisien, il y a quelques mois. Enseigne qui s’en est sortie par une lettre d’excuses (« fallait pas le prendre comme ça, monsieur ») et un bon d’achat.

De la même manière lorsque nous nous sommes présentés à la mairie du domicile de mes parents, il y a quelques mois (mairie de la ville où j’ai grandi, où nombre de mes amis se sont mariés sans aucun problème), une charmante employée a refusé de nous donner un dossier expliquant à mon mari qu’il y avait « des lois dans ce pays et qu’on faisait pas ce qu’on voulait ».

La vue de sa barbe l’avait vraisemblablement contrariée. Un photographe barbu qui s’appelle Nicolas est un hipster, un photographe barbu qui s’appelle Nouredine [ceci est un pseudo, ndlr] est forcément un salafiste…

Héloïse est visiblement fâchée par cet acte banal d’islamophobie [2]. On compatit devant tant de normalité. Cela dit, on aimerait demander à Héloïse ce qu’il y a de si grave à être “forcément un salafiste” ? Et au préalable qu’elle nous explique ce qu’est un salafiste et pourquoi c’est si problématique ? On assisterait peut-être alors à une mise en abîme : celle qui se sent stigmatisée parce que son barbu de chéri a été déconsidéré reproduirait à son tour ce qu’elle a subi contre ce qu’elle appelle – certainement sans être capable elle-même de définir clairement de quoi il retourne – un “salafiste”.

Lire l’intégralité du témoignage : Jeune mariée, je découvre toutes ces petites humiliations racistes [3]