- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Circoncision : Angela Merkel contre son interdiction


Crédit Ran Yaniv Hartstein [1]

La communauté juive pourra continuer à pratiquer la circoncision, assure le cabinet d’Angela Merkel dans une lettre adressée à Menachem Margolin, directeur du Centre rabbinique européen.

Fin juin, un tribunal allemand condamnait la circoncision à des fins religieuses, interdisant de fait aux juifs et aux musulmans de la pratiquer. Seules les circoncisions pour raisons médicales échappaient à cette décision de justice.

Le jugement a évidemment suscité un tollé outre-Rhin dans les communautés juive et musulmane. Si l’opinion publique a été surprise par ce jugement, de nombreux rabbins s’inquiétaient depuis des mois qu’après l’abattage rituel la circoncision soit la prochaine cible d’antisémites (voir Après l’interdiction de l’abattage rituel, l’interdiction de la circoncision [2]).

Dans sa lettre à Menachem Margolin, rapporte le quotidien israélien Haaretz [3], Rufolf Teuwsen, responsable des cultes auprès d’Angela Merkel, indique que la chancelière promet à la communauté juive qu’elle pourra continuer à pratiquer la circoncision. En dépit de la décision de justice.

Si la circoncision doit être protégée, il faut reconnaître que la prise de position d’Angela Merkel est à tout le moins cavalière. Comme Nicolas Sarkozy qui fit un bras d’honneur à l’ensemble des Français [4] en décidant, après colère de la communauté juive, que l’opacité devait demeurer autour de l’étiquetage de la viande issue de l’abattage rituel, la chancelière allemande piétine une décision de justice. Notons qu’en France l’ex-président fut rejoint dans son parjure par l’actuel ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, auteur d’une impressionnante volte-face [5]. Républicain, assurément.

Comme en France donc, en Allemagne, les chantres de la démocratie et de l’égalité entre tous n’hésitent pas à prendre des chemins de traverse pour arriver à leurs fins. La décision de justice qui interdit la circoncision doit être discutée et remise en cause. Il n’est pas acceptable que la liberté religieuse fasse les frais de considérations anticléricales ou laïcistes. Malgré tout, lorsque des responsables politiques réservent un traitement de faveur à des minorités, ils ne font qu’alimenter rejet et xénophobie.

Face à un réel problème qu’il fallait résoudre, Angela Merkel, comme Nicolas Sarkozy ou Manuel Valls pour l’abattage rituel, réagit de la pire des façons et offre un cadeau empoisonné à la communauté juive. Sa prise de position est d’autant plus inacceptable que, la semaine dernière, lors d’un point de presse, le porte-parole du ministère de la Justice précisait qu’un projet de loi visant à encadrer la pratique – et donc la permettre sous certaines conditions — devrait voir le jour “aussi vite que possible”.