- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Publicis : « Un transsexuel a plus de chance » qu’une femme voilée…

A l afin de l’article suivant, publié le 29 novembre 2012, nous évoquions le cas d’une jeune femme, étudiante à l’Ecole supérieur de communication, community manager par alternance, mais surtout voilée. Deux ans plus tard, Wahiba, qui postula dix fois dans des agences, qui la refusèrent une à une, a réussi un tour de force. Nous vous en disons plus ci-après.

Egaux mais pas trop

« Religion et entreprise font-elles bon ménage ? », c’est la question posée par le magazine « Egaux mais pas trop » présentée par Rokhaya Diallo sur LCP (La Chaîne parlementaire.

Égaux mais pas trop : Religion et entreprise font-elles bon ménage ?

Ascenseur social, plafond de verre, fossé générationnel, fracture sociale…

Prendre des jours fériés chrétiens pour les redistribuer à d’autres religions, c’est une idée de campagne de la candidate écologiste, Eva Joly, mais qui reprenait en fait la proposition de l’association nationale des directeurs de ressources humaines.

Le monde de l’entreprise est en effet de plus en plus confronté au fait religieux. Si les employés de l’administration se doivent d’être laïcs en France, les salariés des entreprises privées ne sont pas soumis à cette règle.
« Égaux mais pas trop » est allé à la rencontre de ces chefs d’entreprise qui font face à ces demandes de salle de prière ou de congés pour fêtes religieuses, à ces salariés qui ont du mal à concilier travail et pratique religieuse.

Pour regarder le reportage, rendez-vous sur le site de LCP en cliquant sur le lien suivant : Égaux mais pas trop : Religion et entreprise font-elles bon ménage ? [1]

Parmi les personnes interrogées, il y a Wahiba, community manager, mais surtout voilée. Interrogée par Rokhaya Diallo, la jeune femme raconte, entre autres, qu’un professionnel de la publicité lui a très clairement tenu les propos suivants…

« Un transsexuel a plus de chance de réussite que moi dans la publicité. »

Ses propos, qui ont particulièrement blessé Wahiba, ont été tenu par un cadre de Publicis, agence de renommée mondiale où l’étudiante, trop visiblement musulmane, espérait entrer.

Deux ans plus tard, Wahiba, répondant à la journaliste Warda Mohamed sur Twitter, précise qu’il s’agissait bien de Publicis. Plus consternant encore, le propos blessant de ce cadre n’avait rien de fielleux. Son conseil était « bienveillant ».

Bienveillant, comme l’islamophobie bienveillante, pour paraphraser une formule de Rokhaya Diallo dans l’un de ses ouvrages sur le racisme.