- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Halal : Doux bientôt racheté par l’algérien Cevital ?

Isla mondial
Capture d’écran du site http://www.isla-mondial.com [1]

Alors que le divorce entre Isla Délice et AVS [2] a laissé coi l’ensemble des acteurs du marché du halal, le site Tout sur l’Algérie [3] (TSA) révèle que le puissant groupe algérien Cevital mène depuis plusieurs mois des discussions avec le très mal en point volailler Doux en vue d’un rachat de l’ensemble de ses activités.

« Nous sommes intéressés par le rachat de Doux, mais nous ne pouvons pas en dire plus. Nous avons un accord de confidentialité à respecter », a indiqué mercredi 19 décembre la direction de Cevital au site TSA.

Un contexte ultra-favorable

Cette annonce intervient dans un contexte ultra-favorable pour le géant algérien.

– d’un point vue politique : quelques jours avant la visite en Algérie du président français, l’ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, indiquait à des médias algériens que « la France accepte bien volontiers que des intérêts algériens entrent au capital de ses entreprises, grandes ou petites. Cela relève de la décision des autorités algériennes et des entreprises concernées. » Le rachat de Doux est d’autant plus attendu par les autorités françaises que le sauvetage de cet ancien fleuron serait mis au crédit d’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, et de l’ensemble du gouvernement.

– d’un point vue économique : Doux, qui va très mal, n’est pas en position de force pour négocier son rachat au prix fort. L’ex-géant de la volaille, qui est en redressement judiciaire depuis le mois de juin, va de sursis en sursis. Fin novembre, le tribunal de commerce de Quimper, en charge du dossier, a accepté de prolonger « la période d’observation » pour trois mois. Les dirigeants du groupe exsangue ne pourront guère peser, si la proposition de Cevital est jugée recevable par le tribunal. Le groupe algérien pourrait ainsi s’en tirer à très bon compte.

– d’un point de vue social : sauver Doux est une priorité pour le gouvernement socialiste. Depuis six mois cesse, les 2 300 salariés du groupe, qui compte pas moins de 21 sociétés, maintiennent la pression pour voir leur emploi sauvés. Préserver ces emplois, alors que les chiffres du chômage inquiètent, permettrait notamment à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, à faire oublier Florange et au couple Hollande-Ayrault de tirer leur épingle du jeu et à Cevital d’apparaître comme le sauveur. Autant dire que les négociations en cours sont surveillées comme le lait sur le feu.

– d’un point de vue stratégique : si les ambitions d’Issad Rebrab, patron de Cevital, ne datent pas du divorce entre Isla Délice et AVS, il faut dire que la séparation du numéro de la charcuterie halal en France et de l’organisme de certification et de contrôle tombe à pic. Rappelons, à toute fin utile, que Cevital est déjà présent en France depuis plusieurs années avec sa marque de charcuterie Isla Mondial.

Isla Mondial certifié AVS ?

Avec le rachat de Doux, Cevital s’offrirait un puissant outil qui pourrait donner des sueurs froides à bien des acteurs du marché du halal ; plus particulièrement à Zaphir, plus connue sous le nom de sa marque Isla Délice. A dix jours de la date officielle du divorce, le 1er janvier 2013, cette nouvelle, si elle devait être suivie d’effets, compliquerait sérieusement la tâche à Isla Délice. Et pour cause.

La séparation entre Isla Délice et son partenaire certificateur historique viendrait non seulement de la difficulté de Zaphir à trouver de la matière première dans les conditions voulues par AVS, mais aussi d’un désaccord insurmontable entre ces deux derniers et une troisième partie, Celvia (du groupe LDC, à qui la situation de Doux profite [4] et qui a décidé, via… Celvia, de supplanter Isla Délice chez les bouchers musulmans avec sa propre gamme de produits prétendument « halal »).

Si Cevital choisissait de racheter Doux pour servir les intérêts de sa filiale Isla Mondial et de faire certifier ses produits par AVS, le pari, déjà risqué, de Zaphir prendrait une toute autre tournure. L’annonce de la fin du partenariat entre Isla Délice et AVS, avant même d’être effective, a d’ores et déjà fait bouger les lignes. Les appétits — de l’ensemble des acteurs du marché — sont aiguisés, les stratégies repensées. Les discussions tant sur l’avenir d’AVS que sur celui d’Isla Délice, et plus généralement sur le marché du halal en France, vont bon train. Si chacun a sa petite idée de ce à quoi il faut s’attendre dans un futur proche, personne n’est en mesure de dire à qui profitera réellement et durablement ce bouleversement. Quid alors de l’arrivée de Cevital sur le marché concurrenticiel du poulet halal ? L’année 2013, qui s’annonce riche, devrait apporter son lot de surprises.