- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Valence : bientôt un abattoir halal ?

mosquee valence
Crédit Trouvetamosquee.fr [1]

Chaque année en France, à quelques semaines de l’Aïd al-Adha, fête à l’occasion de laquelle les musulmans abattent ou font abattre un mouton – ou un bœuf –, c’est le branle-bas-de-
combat.

Sacrifice de l’Aïd : un parcours du combattant

Particuliers, mosquées et professionnels partent à la recherche de solutions pour accomplir le sacrifice rituel. C’est alors souvent le parcours du combattant soit pour trouver un mouton, soit pour trouver un abattoir, soit les deux.

Le plus navrant dans tout cela, c’est que d’une année à l’autre rien n’est envisagé pour l’Aïd suivant. Comme pour les arnaques au hajj, l’écrasante majorité des musulmans demeure les bras croisés. Tout le monde veut que “les choses changent” ; velléité non suivie d’effets.

Chacun s’indigne d’avoir le plus grand mal à pratiquer cet acte cultuel et… rejette la faute sur l’autre (dans le désordre : le CFCM, la France, les politiques, les islamophobes, etc.). L’autre, alibi en béton pour qui préfère se croiser les bras en attendant que “cela se fasse”.

Vers des solutions locales

Dieu merci, ça et là, des initiatives locales sont prises pour que l’Aïd al-Adha puisse un jour se passer dans des conditions optimales. A Valence, dans le département de la Drôme (26), par exemple, quelques musulmans travaillent à mettre en place ce qui pourrait devenir un abattoir pérenne.

“Seuls les cœurs apaisés par l’abandon confiant à Dieu connaissent le bon.”
Alain Maurice, maire de Valence (26)

Dans un courriel envoyé mi-novembre à des responsables et des bénévoles musulmans et publié sur Facebook [2], Alain Maurice, maire socialiste de Valence, évoque ce projet.

Après des vœux chaleureux et une remarque sur le soutien de la mairie dans l’agrandissement de la mosquée actuelle, la mosquée Al-Fourqane (“discernement” en arabe), l’actuel maire PS, indique qu’il a “attiré l’attention du préfet sur la nécessité qu’il y a à offrir à la population musulmane de Valence et de son agglomération l’accès à un lieu d’abattage autorisé sur la commune de Valence ou en périphérie, dans la perspective de la prochaine fête de l’Aïd de 2013”.

Au fait tant des pratiques frauduleuses qui minent le marché du halal que des problèmes liés à la pénurie d’abattoir pour l’Aïd, Alain Maurice précise qu’il œuvre pour permettre aux musulmans “de disposer de viandes conformes au rite de l’Aïd et de procéder aux abattages dans des conditions satisfaisantes”. C’est ainsi qu’il rappelle qu’il se rendra disponible pour “accompagner” les porteurs de ce projet d’abattoir.

La mobilisation des musulmans de Valence pour trouver des solutions locales relève d’un pragmatisme salutaire. C’est en se retroussant les manches, et non en se réfugiant dans un défaitisme aussi opportuniste que paresseux, que les défis que doit relever la communauté musulmane pourront être relevé.