- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Milbona, une crème “sans gélatine”

Oum Shayma, lectrice de longue date d’Al-Kanz, nous envoie les photos suivantes. Il s’agit de briques de crème fraîche vendues par la chaîne de hard-discount Lidl.

Milbona, une crème sans gélatine

Pourquoi Oum Shayma nous les a-t-elle envoyée ? Pour une raison simple : le texte sur l’emballage de chaque brique a été retouchée.

Il est désormais en effet indiqué que ces briques ne contiennent “pas de gélatine”.

Milbona, une crème sans gélatine

Préciser qu’il n’y a pas de gélatine, c’est sous-entendre que cette crème fraîche ne contient pas de porc.

Car comme chacun le sait, la gélatine, massivement présente dans les bonbons (Haribo, par exemple [1]), les glaces, les gâteaux, les yaourts (Taillefine, Sveltesse, Gervais), les mousses allégées (Danette), et même les médicaments [2], est dans la quasi-totalité des cas d’origine porcine.

En France et en Europe, 80 % de la gélatine est d’origine porcine [3]. Mais les industriels préfèrent que cela ne se sache pas trop, comme en témoignait un reportage diffusé sur France 5 en 2009.

Dans ce reportage, une discussion s’engage entre un journaliste et le directeur d’une usine spécialisée dans la fabrication de gélatine à base de couennes de porc sur l’absence de la mention sur l’origine porcine de la gélatine vendue aux industriels. En voici la teneur.

Le journaliste : « Ils mettent gélatine, mais ils ne disent pas quelle est l’origine de la gélatine. Pourquoi ? Ils n’assument pas que ce soit fait à partir du porc. C’est quoi le problème qu’ils ont avec ça ? »

Le directeur :
“C’est un sujet très sensible. Parce qu’il y a quand même les minorités musulmanes, juives et autres qui éventuellement ont des problèmes avec ça [la gélatine de porc].”

Le journaliste : “Ce serait bien justement de leur dire.”

Le directeur : “Je sais bien, mais je ne sais pas s’il faut mettre cela dans l’émission.”

Le journaliste : “Du coup, ils ne savent pas si c’est du porc ou de la vache. Du coup, comment ils font pour consommer. C’est ça le problème. Il faudrait peut-être leur dire.”

Silence très embarrassé du directeur de l’usine qui ne répondra pas.

Sept ans plus tôt, les révélations du Canard enchaîné sur la nature de la gélatine utilisée par les industriels amenèrent Patrick Ollier, alors président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, à assurer aux communautés juives et musulmanes que des mesures seraient prises pour rendre obligatoire sur les étiquettes la mention de l’origine de la gélatine utilisée. Dix ans plus tard, les industriels font toujours ce que bon leur semble.

Précisons tout de même qu’il y a divergence au sujet de la licéité ou non (halal, haram) de la gélatine. Certains savants la considèrent illicite, d’autres licites. Les indécis pourront peut-être trancher en apprenant que ce que l’on voit sur la photo suivante, prise dans un abattoir de bœufs par nos soins, n’est autre que ce qui sera transformé en gélatine.

Ce qui constitue la gélatine

Pas très ragoûtant, n’est-ce pas ? N’est-ce pas le moment de proscrire définitivement toutes ces cochonneries gélatineuses, acidulées, affreusement sucrées ?