- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

CFCM : le retour, prévisible, de la mosquée de Paris

mosquee de paris
Crédit cocoinzeni [1]

Juillet 2012, la mosquée de Paris quittait le CFCM, nous disait-on. Dalil Boubakeur, recteur de l’institution, expliqua ce départ en ces termes :

“Les graves dysfonctionnements du CFCM et sa gouvernance autocratique, qui a tenté de minorer la surface et l’influence de la Grande mosquée de Paris, sont les principales raisons ayant contraint notre institution à prendre cette décision.”

La presse relaya sans aucun recul les précisions du recteur, comme elle relaie du reste tous les communiqués du CFCM qu’elle prend pour argent comptant.

Ce départ n’en était évidemment pas un. Comme nous l’écrivions à l’époque [2], ce retrait du CFCM était une farce. Il s’agissait pour Dalil Boubakeur, alors en service commandé, de signifier clairement au nouveau ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, que l’Algérie n’acceptera pas que le Maroc, par le truchement du RMF (rassemblement des musulmans de France) continue à étendre son influence.

Nous ajoutions alors : “Dans quelques jours ou quelques semaines, Dalil Boubakeur, qui nous a habitués à des revirements dont il a le secret, devrait nous expliquer pourquoi il est nécessaire que la mosquée de Paris reste dans le CFCM. Le temps que Manuel Valls le rassure et rassure l’Algérie.”

C’est chose faite. Le 23 février dernier, le CFCM indiquait dans un communiqué de presse [3] l’adoption de nouveaux statuts “ratifiés par l’ensemble des fédérations et des grandes mosquées membres du CFCM”. Dont évidemment la fédération de la grande mosquée de Paris.

Ainsi va l’islam des consulats, de France.