- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

RTL, le rabbin Bernheim et le (epic) fail

gilles berhneim

Nous ne reviendrons pas sur l’affaire Bernheim, c’est dans tous les journaux de presse et médias de ces derniers jours, sauf peut-être pour rappeler qu’au-delà de la communauté juive c’est le principe même d’autorité morale qui est aujourd’hui affecté et abimé.

C’est une affaire d’autant plus grave que François Hollande, ce président ondoyant, comme l’écrit Diane Gautret, dans Famille chrétienne [1], dans la recension de l’ouvrage que lui consacre Samuel Pruvot, François Hollande, Dieu et la République, s’il n’est pas athée, « serait l’incarnation de cette génération politique de la décroyance… [2] »

L’instrumentalisation de la laïcité contre les musulmans par Nicolas Sarkozy s’inscrivait dans une stratégie électoraliste. En tapant fort sur les musulmans, le président déchu espérait siphonner le Front national de ses électeurs. On retrouve cette instrumentalisation chez Manuel Valls, qui veut en découdre avec les musulmans.

A contrario, chez François Hollande, la religion doit être neutralisée. Il n’y a pas d’islamophobie au sens propre du terme chez cet homme. Il y a un mépris de la transcendance, qui profite évidemment à Valls et à la nébuleuse qui gravite autour de lui, celle-là même qui n’a pas digéré que la plus haute instance judiciaire du pays, la Cour de cassation fasse un rappel à la loi dans l’affaire Baby Loup.

Dans ce contexte, l’affaire Bernheim est une mauvaise nouvelle. Pas seulement pour l’homme, que l’on devine meurtri. Mais bien pour la société toute entière. Il serait temps, au-delà des différences, des divergences et du marketing civique pudiquement appelé « œcuménisme », que juifs, chrétiens et musulmans se pensent au moins sur des questions majeures concernés ensemble.

La loi contre les nounous [3] voilées que Manuel Valls veut prendre pour punir ces femmes musulmanes qui ont choisi de porter le voile aura des conséquences directes sur les autres religions. Même si l’on devine que le ministre de l’Intérieur et des Cultes rêverait d’une loi d’exception taillée sur mesure contre les musulmans, cette loi, qu’il faut empêcher au nom de la justice, touchera juifs et chrétiens : plus de mezouza, plus de crucifix, plus de Thora ni Évangiles, il faudra laïciser sa maison lors de l’accueil des enfants par la nounou, trop croyante.

Venons-en après ce long aparté au sujet du billet. Gilles Bernheim a démissionné après avoir été confondu à plusieurs reprises pour plagiats, puis pour une agrégation de philosophie qu’il s’est abusivement attribuée ou laissé attribuer. La presse, les médias, ont largement couvert cette affaire. La radio RTL aussi, tout comme le site Internet RTL.fr.

La rédaction de RTL.fr publié mercredi matin un long article intitulé : Le Grand rabbin reconnaît ses mensonges mais refuse de démissionner [4]. Rien de très original a priori. A priori seulement, car à regarder de plus près, on se rend compte d’une belle boulette. S’il est toujours bon d’agrémenter un article d’une image, d’un graphique ou d’une vidéo, il convient de s’assurer que l’élément ajouté est pertinent.

Dans l’article en question, une vidéo hébergée par Youtube a été insérée à mi-texte. Elle dure 1 minute 43. On croit d’abord à un reportage de la chaîne i-Télé, ce qui est le cas jusqu’à 1 minute 4. Et là, ce qui ne devait pas arriver arriva :

RTL, le rabbin Bernheim et le fail

Ces « plus belles blagues de Gilles Bernheim » ne sont pas présentées par le CRIF et l’UEJF (Union des étudiants juifs de France), précise le plaisantin à l’origine de ce montage..

RTL, le rabbin Bernheim et le fail

Sur Youtube, on apprend dans la rubrique « statistiques » de la vidéo [5] en question, on se rend compte qu’avant RTL.fr le montage moqueur a été publié sur le site… Egalité et Réconciliation.

RTL, le rabbin Bernheim et le fail [6]

Gageons que la blague n’amusera ni RTL ni le rabbin.

L’article est accessible depuis le lien suivant : Le grand rabbin reconnaît ses mensonges mais refuse de démissionner [7].