- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Lettre à Jean-Loup Metton, maire de Montrouge

R., lectrice d’Al-Kanz, indignée par la décision insupportable de Jean-Loup Metton de fermer de façon arbitraire la seule mosquée de la ville, propriété de l’association Fraternité Montrouge, a envoyé à l’édile un courriel que nous partageons avec vous. Il est plus urgent que jamais d’en finir avec l’islam de France, mode de gestion sécuritaire et variable d’ajustement, qui enferme les musulmans dans un statut d’indigènes.

Lire : Montrouge : le maire veut fermer la mosquée, les musulmans en colère [1]

La lettre suivante a été envoyé à l’email suivant : [email protected]

Monsieur le Maire,

C’est avec étonnement et colère que je prends connaissance de votre volonté de fermer la mosquée se situant sur votre commune et gérée par l’association Fraternité Montrouge (AFM).

Il est assez effrayant de devoir vous rappeler, en votre qualité de premier citoyen, que la liberté religieuse est un droit et une liberté fondamentale garantit par notre constitution. Pour mémoire, l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (entrée dans le bloc de constitutionnalité par la volonté des rédacteurs de la Constitution de 1958) prévoit que « nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi ».

Par ailleurs, la Déclaration universelle des droits de l’homme (article 18), de même que la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (article 9), pour ne citer qu’eux, font partie des textes reconnus par la France qui protègent cette liberté religieuse.

Votre communiqué qui fait suite à cette décision est des plus abjects. En effet, selon vos termes, « il n’y a pas lieu de laisser installer une salle de prière à Montrouge étant donné que, d’une part, les musulmans ne constitueraient qu’une minorité dans la commune, et d’autre part, qu’il existe une mosquée dans la commune voisine de Bagneux vers laquelle les musulmans de Montrouge devrait plutôt se diriger ».

J’aimerais savoir quels critères vous permettent de dire que Montrouge ne compte qu’une minorité de musulmans, ou peut-être ne prenez vous en compte que les musulmans « d’apparence » ? J’aimerais également connaitre les raisons qui vous poussent à nier à vos administrés le droit d’avoir un lieu de culte. Votre décision semble n’être basée que sur des calculs électoralistes, à l’approche des élections municipales. Peut-être considérez-vous qu’un musulman ne peut être français, par conséquent sans droit de vote. Or, au risque de vous l’apprendre, beaucoup de musulmans résidents en France sont français, et ces musulmans sauront se souvenir, au moment du vote, de votre opposition à leur dignité de croyant, ainsi que de votre refus à leur pratique sur votre commune.

Votre décision n’a aucune base réelle et concrète et prend prétexte d’un prétendu risque pour la sécurité pour dénier à l’AFM le droit de recevoir du public.

Je reste confiante dans le fait que cette décision saura trouver la réponse qu’elle mérite, une annulation pure et simple.

Pour information, tous les derniers lundis de chaque mois, le maire de Montrouge Jean-Loup Metton répond aux questions des internautes lors d’un tchat en vidéo et en direct. C’est là une pratique louable qui gagnerait à être généralisée, tant la proximité des élus d’avec leurs administrés est importante.

tchat jean loup metton [2]

Ne nous faisons pas prier, envoyons dès-à-présent nos questions à Jean-Loup Metton, qui sera certainement ravi de constater que de nouveaux et nombreux citoyens répondent à son invitation à faire vivre « la démocratie participative » : vos questions à Jean-Loup Metton [3].