- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Guantanamo : un élu communiste français interpelle Obama

Guantanamo
Des manifestants protestent devant la Maison blanche [1]

Jean-Jacques Candelier [2] est député communiste de la 16 circonscription du Nord et maire du village de Bruille-lez-Marchiennes [3] et conseiller général du canton de Marchiennes [4].

Ce matin, l’élu du Nord a indiqué sur sa page Facebook avoir écrit une lettre à l’ambassade des Etats-Unis dans laquelle il demande la fermeture de la prison de Guantanamo, où 166 détenus sont emprisonnés depuis des années.

Ni inculpés, ni jugés, ces prisonniers sont en réalité pris en otage. La prise d’otages étant le fait des Etats-Unis, elle est, sinon légitime, légitimée, même si de plus en plus contestée, , énormément aux USA ou en Grande-Bretagne (nous reviendrons dans plusieurs articles à venir sur la mobilisation et cette prison honteuse).

La semaine dernière, l’Express a publié le témoignage de Nabil Hadjarab, qui comme d’autres détenus ne sont plus mis en cause depuis des années. Nabil Hadjarab n’aurait jamais dû être enfermé à Guantanamo. Il auraît dû être liberé en 2007. En 2013, il est toujours enfermé et rêve de rejoindre sa famille en France, après onze ans de captivité. Pour rien.

Lire : Prisonnier à Guantanamo, Nabil Hadjarab témoigne [5]

Voici la lettre de Jean-Jacques Candelier. On notera l’argument récurrent qui consiste à rappeler que Guantanamo fait le jeu des “extrémistes”. Il faudrait fermer Guantanamo non pas parce que détruire la vie d’innocents et de leur famille est insupportable, mais parce que les “extrémistes” trouveraient là un “outil de recrutement”.

J’écris à l’ambassade des États-Unis d’Amérique pour la fermeture immédiate de la prison de Guantanamo, où un nombre croissant de détenus est en grève de la faim.

Cette prison, zone de non-droit sur le sol cubain, où 166 détenus sont toujours enfermés, est indigne des valeurs auxquelles se réfèrent les États-Unis.

Guantanamo n’est pas nécessaire pour la sécurité des États-Unis. Cette prison entrave la coopération antiterroriste et constitue un outil de recrutement pour les extrémistes, selon les mots du Président Obama.

Pourquoi le Président se retranche derrière le Congrès alors même qu’il a, selon des juristes, la prérogative de passer outre ?

Le président américain avait promis, lors sa première campagne électorale, de fermer Guantanamo. Il n’en a rien fait ; ce que les associations de défense des libertés ne manquent pas de lui répéter depuis des mois. Si bien que Barack Obama s’est vu contraint d’intervenir il y a deux jours en renouvelant sa promesse. Qui n’engage que ceux qui y croient.

La France, qui semble peu se préoccuper du cas de Nabil Hadjarab, a accueilli Saber Lahmar [6] en 2010, qui a passé huit ans à Guantanamo, pour rien, et Lakhdar Boumediene [7], lui aussi innocent et relâché après des années de détention.