- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Affaire Benguenna : Mezri Haddad devant la justice à Paris

Mezri Haddad s'en prend à Khadija Ben Guena
Mezri Haddad chez Frédéric Taddéi

Il n’y était pas allé avec le dos de la cuillère. Lors d’un débat sur le Qatar diffusé en février dernier sur France 2, dans Ce soir ou jamais, Mezri Haddad, ancien ambassadeur tunisien à l’UNESCO et thuriféraire du dictateur Ben Ali jusqu’à son départ précipité vers l’Arabie saoudite, profita des dernières minutes de l’émission pour s’en prendre sans que l’on ne comprenne vraiment pourquoi à une femme, Khadija Benguena, célèbre journaliste d’Al-Jazeera.

Le débat, intitulé « Qatar : ami ou ennemi public numéro 1 ? », portait sur l’émirat du Golfe, sa politique internationale et les craintes qu’elle suscite. Autant dire que le propos déconcertant de Mezri Haddad arriva comme un cheveu sur la soupe.

Très curieusement, le “philosophe”, comme il n’eut de cesse de le rappeler au micro de Jean-Jacques Bourdin [1], sachant que l’émission prenait fin, jugea nécessaire de salir la journaliste. Aurait-il choisi de s’en prendre à la journaliste Claire Chazal dans un débat consacré à la France ?

Lire : Salir une femme pour s’en prendre au Qatar [1]

Le coup était prémédité, puisque c’est une feuille à la main que M. Haddad se mit à lire un commentaire qu’il dit avoir trouvé sur la page Facebook de la journaliste d’origine algérienne. Selon l’ancien soutien de Ben Ali, Mme Benguena y louait « l’humanité d’Hitler » tout en y tenant des propos antisémites.

La réaction de la journaliste d’Al-Jazeera ne se fit pas attendre, puisqu’elle décida de l’attaquer en justice pour diffamation. Se disant alors « impatient de l’ouverture de ce procès », Mezri ajouta non sans audace qu’il disposait « de toutes les preuves matérielles qui étayent les propos » tenu chez Taddéi « y compris le traçage informatique de la fameuse page Facebook ‘piratée’ ». Surprenant.

Procès de Mezri Haddad

Mardi 11 juin, sur sa page Facebook, M. Haddad a annoncé la date du procès, mercredi 19 juin à Paris. On notera la liberté, une fois n’est pas coutume, qu’il prend avec la réalité, puisqu’il indique que l’action en justice est intentée par “Al-Jazeera” et non par Khadija Benguena. Il n’est pas certain que le juge chargé de cette affaire appréciera ces arrangements qui font peut-être leur effet sur Facebook, mais qui risque rapidement d’agacer.