- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Femme voilée et enceinte agressée : le bébé est mort

stop islamophobie

« La victime de la dernière agression à Argenteuil a perdu son bébé. La famille fait preuve d’une dignité exemplaire et souhaite qu’il en soit ainsi pour toutes les personnes que cette histoire touche sincèrement. Nous donnerons bientôt à cette affaire la suite qu’elle mérite. »

C’est par ce mot laconique que Hosni Maati, avocat de la jeune femme de 21 ans agressée jeudi 13 juin à Argenteuil, près de Paris, a annoncé la mort de l’enfant qu’elle portait. Cette dernière indique avoir été agressée, dans la rue, par deux hommes, alors qu’elle se trouvait en conversation téléphonique avec sa mère. Si dans un premier temps l’acte islamophobe était caractérisé, la jeune femme mettant en cause deux skinheads, dans sa plainte elle évoque une agression sans mention de caractère raciste à l’acte.

Sept jours plus tôt, Rabia, une jeune femme de 17 ans, a elle aussi été agressée à Argenteuil par deux hommes qui l’ont roué de coup et insultée (« sale Arabe », « sale musulmane »). A l’hôpital de multiplies contusions ont été constatées et une interruption temporaire de travail d’une semaine lui a été délivrée. Malgré tout, le maire de la ville a insisté pour qu’elle taise son agression et la police a refusé de considérer qu’il s’agissait d’une agression islamophobie.

La réalité de l’islamophobie en France est niée. Le CCIF (collectif contre l’islamophobie en France [1]) depuis dix ans, Amnesty International ou encore l’ONU tirent la sonnette alarme sur le climat islamophobe qu’imposent en France des prêcheurs de haine. Rien n’y fait.

Un pouvoir indifférent à l’islamophobie

Malgré tout, plutôt que de prendre le problème à bras le corps, notamment en rappelant à l’ordre le ministre de l’Intérieur, dont les déclarations martiales à l’égard des musulmans de France en général, des femmes voilées en particulier, l’Elysée et le Premier ministre se taisent et laissent l’ancien maire d’Evry encourager la défiance à l’encontre de l’islam et des musulmans. Seules quelques rares voix s’élèvent contre la lubie du ministre de l’Intérieur, à l’instar du député PS Christophe Caresche qui en avril dernier dénonça dans une tribune publiée dans Libération l’obsession de Manuel Valls.

Lire – Laïcité : un député PS s’oppose à l’obsession de Valls contre la femme musulmane [2]

Mais Manuel n’est pas seul. Il a pour alliés objectifs les caciques de l’UMP qui plutôt que de s’employer à balayer devant leur porte ou de travailler sérieusement à redresser l’économie du pays préférent occuper le temps des parlementaires à faire adopter une loi contre les femmes musulmanes.

Eric Ciotti, l’opportuniste islamopathe

Depuis plusieurs semaines, Eric Ciotti, Sancho Panza de François Fillon, joue au petit Copé de service. Décidé à remettre au goût du jour les grosses ficelles utilisées par l’UMP à l’époque où Nicolas Sarkozy faute de convaincre sur son bilan avait décidé de s’en prendre aux musulmans, le député niçois a choisi d’instrumentaliser l’affaire de la crèche de BabyLoup. Il supporte très mal que la Justice française a donné raison à Mme Affif, femme voilée licenciée abusivement. M. Ciotti est de ceux qui pensent que quand la loi est trop favorable aux musulmans, il faut changer la loi [3].

Mouché à l’Assemblée nationale, Eric Ciotti, qui a vu sa loi retoquée, multiplie les interviews dans lesquelles il se plaint que sa guerre ouverte contre les femmes musulmanes ne soit pas partagée. Dimanche 9 juin, sur les ondes de la radio ultracommunautariste RCJ (radio de la communauté juive), le député n’hésita pas, toute honte bue, à affirmer que Mme Affif portait « non seulement le voile mais aussi le niqab. » M. Ciotti ment effrontément. Début juin, c’est dans Nice Matin qu’il osa plus grotesque encore. Mais comme il faut faire peur… : « J’ai aussi auditionné la directrice et les dirigeants de la crèche Baby Loup. Leur situation est terrible. Ils vont quasiment être contraints de déménager, chassés par le communautarisme. Certains souhaiteraient à la place d’une structure laïque implanter une crèche confessionnelle musulmane. Des parents demandent que leurs enfants soient réveillés durant la sieste pour faire la prière. »

Ce propos aussi minable qu’outrancier, M. Ciotti, qui fait dans le réchauffé, l’a trouvé dans un article du Parisien daté du 8 octobre 2010. Nous lui consacrions un billet à l’époque : Le Parisien oublie les bébés polygames [4]. On rirait de telles imbécilités si la haine proférée à l’Assemblée ne s’exprimait pas d’une toute autre manière dans la rue. Monsieur Ciotti, taisez-vous.