- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Ramadan : Bouygues Telecom ne rate pas le coche

Ramadan [1]. Sofiane, lecteur d’Al-Kanz, se promenait cet après-midi à Paris quand il passe devant le panneau ci-dessous.

bouygues offre ramadan

« A l’occasion du ramadan, restez proche de ceux qui sont loin », le slogan sans ambiguité précède les drapeaux de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie. L’offre porte sur une carte prépayée.

De son côté Orange propose via Sosh, son opérateur low-cost, une offre illimitée à partir de la semaine prochaine jusqu’au 31 août pour l’Algérie, le Maroc ou la Tunisie. Au choix : ce sont les internautes qui doivent voter sur la page Facebook de l’opérateur pour l’un des trois pays. Le pays qui recevra plus de votes sera celui qui sera à l’honneur dans cette offre de téléphonie en illimité.

Lire – Sosh : choisissez l’Algérie, le Maroc ou la Tunisie en illimité [2]

En juillet 2011, quelques jours avant le mois de ramadan, SFR lançait une campagne en ligne spécial Maghreb [3].

Téléphonie vers le Maghreb : SFR ose une publicitéTéléphonie vers le Maghreb : SFR ose une publicité

Téléphonie vers le Maghreb : SFR ose une publicitéTéléphonie vers le Maghreb : SFR ose une publicité

Cette campagne faisait suite à une prospection plus discrète et sujette à caution, puisque sur la facture de certains abonnés figurait la promotion suivante :

Fichiers ethniques chez SFR ?

Publicité banale à première vue, à un détail près : cette promotion ne figurait pas sur les factures de l’ensemble des abonnés SFR. Il s’agissait d’une publicité ciblée… sur le patronyme des abonnés d’origine maghrébine. De là à penser que SFR a détourné l’usage de ces fichiers clients pour constituer peu ou prou des fichiers ethniques, il n’est qu’un pas.

Lire : Fichiers ethniques chez SFR ? [4]

Quant à Free, dont on aurait pu penser qu’il aurait réussi à couper l’herbe sous le pied de ces concurrents historiques, rien à signaler. Montrer son intérêt pour les consommateurs musulmans est pourtant encore subversif.