- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

France : l’islamophobie a failli tuer

Islamophobie. [1] Après une relative période d’accalmie, la profanation de lieux de culte reprend son cours. Dans la nuit de mercredi 7 au jeudi 8 août, à quelques heures de l’aïd al-fitr, une tentative d’incendie a eu lieu contre une salle de prière de la commune de Lesparre-Médoc, près de Bordeaux. Le CCIF rapporte les faits sur son site Internet.

Dans la nuit du mercredi 7 août, la salle de prière occupée par quelques fidèles qui veillaient pour la dernière nuit du Ramadan a subi une tentative d’incendie. De l’essence a été jetée sur la porte d’entrée et un papier enflammé glissé dans la fente de la boîte aux lettres fixée sur la porte. Un fidèle, alerté par l’odeur de brûlé a heureusement pu éteindre l’incendie avec un extincteur. Les gendarmes sont venus sur les lieux et ont découvert à ce moment-là, en même temps que les fidèles, une croix gammée peinte en orange sur la façade. Une enquête a été immédiatement ouverte.

Gironde: Une salle de prière vandalisée à plusieurs reprises [2]

Le lendemain, “de nouvelles croix gammées sont peintes sur la façade de la salle de prière. La voiture d’un fidèle et celle du président du lieu du culte sont également taguées de croix gammées. Le PMU du coin est lui aussi pris pour cible et se voit affublé des mêmes croix gammées oranges.”

Deux jours plus tard, c’est un militaire qui est arrêté par les services de police non loin de Lyon. Ce dernier projetait un massacre en bonne règle le jour de l’aïd dans une mosquée de la ville de Vénissieux. Il n’est pas plus grande affluence à la mosquée que ce jour-là, avec celui de l’autre aïd, l’aïd al-adha. Enfants, femmes, hommes de tout âge se retrouvent en effet le matin de ce jour de fête à la mosquée pour célébrer la prière de ce lendemain de ramadan.

Devant la gravité des faits, Manuel Valls a été contraint de condamner cette tentative d’attentat. Il lui aurait été difficile de passer sous silence de tels faits, contrairement aux dérapages de policiers sur Facebook, dont nous avons fait état en juillet.

Lire : Le policier de Trappes sur Facebook : “oui, je sais qu’on se régale” [3]