- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Drame de Trappes : la « pression » et un « commissaire qui ne croit pas Aïssatou »

Trappes  CCIF
©Mustafa [1]

Khadija Mahrouk est une journaliste qui depuis plusieurs semaines arpente Trappes pour être au plus près de la réalité. Deux jours après la défenestration de la jeune Aïssatou [2] depuis l’appartement familial situé au 4e étage d’un immeuble de cette ville de la banlieue parisienne, elle publie un article sur son blog qui permet de comprendre un peu plus les raisons du drame.

On apprend par exemple que contrairement à ce que la presse a avancé Aïssatou n’a jamais essayé de se suicider vendredi 23 août. Ou encore que les policiers ont sollicité Aïssatou et deux de ses amies de 17 et 14 ans sans les précautions nécessaires dans de telles circonstances. Et un commissaire qui ne la croit pas alors qu’un rapport médical fait état de plusieurs blessures après l’agression de la jeune femme le 12 août dernier [3].

Quelles sont les raisons qui ont bien pu pousser Aïssatou à se jeter du 4e étage de l’appartement familial ? Khoudjedhi, 17 ans et Nassima, 14 ans ; ne comprennent pas. Ce sont elles qu’Aïssatou a été rejoindre juste après son agression le 13 août dernier. « Quand elles nous a rejoint, elle a juste eu le temps de nous raconter ce qu’il s’était passé après elle s’est évanouie ! On l’avait jamais vu comme ça ». Le rapport médical fera état d’ « ecchymoses aux deux bras importantes », d’une « ecchymose à la poitrine gauche », de « lésions cutanées à type de coupures sur la joue droite et la cervicale droite » et d’un « état de choc psychologique ».

Pour lire l’intégralité de l’article de Khadija Mahrouk, cliquez sur le lien suivant : Aïssatou, une adolescente sous “pression” [4]

Vous pouvez aussi suivre la journaliste sur Twitter : @Khadija__M [5].

Lire aussi : Adolescente de Trappes : «J’en peux plus, je suis à bout» [6]