- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Laïcité contre les musulmans : la grossière entourloupe de Natacha Polony

renard
©Stevo Kebabo [1]

Après les propos de la journaliste Natacha Polony [2], très inquiétants pour les libertés fondamentales, tenus dans une chronique choquante publiée dans le Figaro, le journaliste Christophe Colinet a demandé à cette dernière de préciser son propos.

Lire : Natacha Polony et Claude Askolovitch ne vivent pas sur la même planète [3]

D’une laïcité de combat

Pour rappel, voici un extrait de la chronique, provoquée par l’ouvrage Nos mals-aimés: Ces musulmans dont la France ne veut pas de Claude Askolovitch, à qui la journaliste reproche de ne pas s’en prendre aux musulmans pratiquants et de les considérer comme des citoyens normaux et des individus à part entière ; ceux-là mêmes qu’elle exclue de facto de la communauté nationale.

« Quitte à oublier tous les musulmans laïcs, qui vivent leur foi en privé et considèrent les règles de la République comme libératrices. Quitte, surtout à donner raison à tous ce qui à l’extrême droite, prétendent que les musulmans ne peuvent pas ne veulent pas s’intégrer. »

Natacha Polony appartient au courant dur, aux laïcistes éradicateurs, ceux-là mêmes qui n’hésitent pas à faire mentir la laïcité pour en faire une arme de combat contre les religions. La laïcité autorise l’expression des religions dans l’espace public. La laïcité permet aux juifs, aux catholiques, aux musulmans et autres, de porter dans l’espace public des signes ostensibles liés à leur foi, des vêtements qui disent, qui montrent, voire qui revendiquent leur religion. La restriction imposée par la laïcité ne touche que le service public et seulement les agents, pas les usagers.

N’importe quel élève de 5e, qui n’a pas séché les cours d’éducation civique, le sait. Natacha Polony le sait, mais elle entend bien tester la République pour à terme la transformer en cauchemar pour les croyants. Ca ne peut se faire, dans un pays comme la France, que de façon soft. Nous ne sommes pas en Corée du Nord ni en Syrie. Les précisions que Christophe Colinet a pu recueillir conforteront chacun sur les intentions de la journaliste.

Le musulman, si utile aux braconniers

« La laïcité à la française crée symboliquement un espace public neutre. Il ne faut pas se tromper : cet espace public, ça n’est pas la rue, où on a le droit de porter un voile ou une kippa. Cet espace public dont nous parlons, c’est le lieu où on agit et où on délibère de la chose publique. Dans cet espace, nous sommes tous des citoyens égaux et on ne peut pas y importer les religions. On ne peut pas y réclamer des droits spécifiques ou essayer d’influencer la décision politique en fonction d’une appartenance religieuse ou communautaire. »

Lorsque Natacha Polony affirme que « la laïcité à la française crée symboliquement un espace public neutre », elle sait que c’est faux. Pour autant, ce n’est pas une ineptie, mais un mensonge délibéré aux visées performatives : c’est un projet. Esprit fin, Natacha Polony poursuit que ce n’est pas la rue qui est considérée ici, rue « où on a le droit de porter un voile ou une kippa ». Pour ajouter, sibylline, que l’espace public en question « c’est le lieu où on agit et où on délibère de la chose publique ».

De quoi parle-t-elle au juste ? De l’Assemblée nationale ? du Sénat ? des conseils municipaux ? Rien de tout cela. Natacha Polony enfume, feignant d’adopter une posture moins extrémiste que celle adoptée dans sa chronique. Rappelons que dans son ouvrage Claude Askolovitch dresse le portrait de citoyens ordinaires, pas d’hommes et de femmes politiques, musulmans pratiquants, qui siègent dans ces espaces où l’on discute de la chose publique (res publica). L’entourloupe de Polony est grossière. Les grosses ficelles à papa sont obsolètes.

Le grelot de Natacha Polony, Goupil des braconniers Fillon et Copé, tintinnabule un chouyia trop fort. Le danger ne vient pas des musulmans qu’elle participe à criminaliser, mais bien de ce grelot. Porté volontairement ?