- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Valeurs actuelles : ils ont tiré sur l’ambulance

En France, on n’est définitivement plus chez nous. Regardez donc la une de ce numéro du Figaro magazine datant de 1985.

Le Figaro magzine  1985 voile immigration

A l’époque, on pouvait encore poser des questions cruciales pour l’avenir du pays. « Serons-nous encore français dans 30 ans ? », soit en 2015, dans deux ans. De même six ans plus tard, en 1991.

Le Figaro magazine  1991 immigration invasion

Un ancien président de la République, recyclé en promoteur de volcans d’Auvergne, Valéry Giscard d’Estaing, pouvait s’interroger en toute aise : « Immigration ou Invasion ? ». Eh bien, de nos jours ma bonne dame, c’est que c’est plus possible de dire la vérité aux Français.

Figurez-vous que la semaine dernière de belles âmes bien françaises ont voulu faire pareil. Mais vraiment pareil. Voyez donc.

Vraiment, vraiment pareil, genre ce que peut faire un hebdomadaire en galère incapable de produire des unes originales, intéressantes et fécondes. Mais peut-on vraiment reprocher à Valeurs actuelles de faire dans le caniveau ? Non parce qu’il faut bien dire que cette une a fait du bruit. Car les gens sont méchants. Valeurs actuelles dit « bonjour à tous » et voilà ce que les gentils journalistes de l’hebdomadaire récoltent.

Y a même un journaliste qui a osé rapporter des faits. Des faits ! Non, mais où va-t-on ?

Mais c’est pas tout ma bonne dame. Comme si l’outrage n’était pas suffisant, l’UEJF (union des étudiants juifs de France) a décidé de porter plainte contre Valeurs actuelles.

L’U-E-J-F ! Des juifs ! Valeurs actuelles met en garde notre vieille France chrétienne contre les hordes musulmanes et ce sont des juifs qui répliquent. Bon, c’est vrai, personne n’attend plus rien ni de l’UOIF, ni de la mosquée de Paris, ni du CFCM. Les musulmans ont pour ces organisations vocation à servir leurs desseins pas à être soutenus et encore moins défendus. Mais quand même des juifs !

Regardez bien de nouveau la une de Valeurs actuelles : pas de nez crochu, pas banquier ventripotent, pas de croix de David, bref cette une n’est pas une vieille caricature des années 30 [11], juste le choix d’intégristes catholiques de s’en prendre aux musulmans. Pour sauver la France ? Non pour sauver leur magazine en péril car trop peu de personnes s’y intéressent et l’achètent.

Comme le montre la journaliste Cécile Dehesdin dans un article publié sur le site Slate.fr [12], les unes racoleuses et islamophobes de Valeurs actuelles sont naturelles. Cette lubie s’explique évidemment par l’islamopathie dont sont frappées la droite et l’extrême droite françaises, elle-même conséquence de leur incapacité à suffisamment aimer la France pour se soucier des vrais problèmes des Français. Mais, au-delà de cette lubie, il est une réalité plus prosaïque : Valeurs actuelles est en danger. « La situation financière de l’entreprise est dégradée », nous apprend le site Societe.com [13].

valeurs actuelles situation dégradée
Capture d’écran du site Societe.com

Les comptes sont au rouge. Pour que le magazine redresse la barre, il lui faut vendre beaucoup plus de numéros et multiplier les abonnements. D’où la stratégie déployée depuis plusieurs mois : le salut est certes en l’Eglise pour ces extrémistes catholiques, mais aussi dans le muslim bashing. Le salut économique pour sortir d’une situation financière catastrophique.

Comme on le constate sur l’image suivante, le résultat net est pour l’année 2011 de – 1,3 million euros pour un chiffre d’affaires de 12,89 millions d’euros. En 2012, le chiffre d’affaires a à peine augmenté pour atteindre les 12,98 millions. La perte, moins importante que l’année précédente, est tout de même de 524 600 euros. Valeurs actuelles va mieux, mais Valeurs actuelles va toujours bien mal.

valeurs actuelles situation dégradée 2

On comprend à l’aune de ces chiffres la panique, après la surprise, qui a pris l’équipe dirigeante du magazine lorsque l’UEJF a rendu publique sa volonté de déposer plainte ; première plainte suivie par deux autres.

La polémique autour de la dernière couverture de l’hebdo va peut-être profiter dans un premier temps à Valeurs actuelles. Certains internautes ont affirmé avoir souscrit un abonnement par solidarité. Ce soutien pourrait ne pas suffire si le magazine devait être condamné. Privé de ces unes racoleuses, l’hebdo qui ne réussit pas à gagner assez de lecteurs pour demeurer pourrait disparaître. Pour le plus grand bien de la société.