- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Trappes : garde-à-vue pour le policier “irréprochable” et un autre agent, ami sur Facebook

null
Page Facebook du policier de Trappes, supprimée après notre article [1]

Islamophobie. Lundi 22 juillet, nous révélions les dérapages racistes de fonctionnaires de police sur une page Facebook tenue par des policiers et destinée à des policiers.

Lire – Trappes : quand des policiers dérapent sur Facebook [2]

Le lendemain, l’Inspection générale de la police nationale, l’IGPN (la police des polices), ouvrait une enquête en vue d’identifier les auteurs des propos litigieux.

Trois jours plus tard, nous consacrions un long article cette fois à la page Facebook de J. L., policier “irréprochable” – selon les termes du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, et de son avocat Thibault de Montbrial – qui a procédé au contrôle d’identité controversé sur une jeune mère de famille qui porte le niqab, cet été à Trappes.

Rappelez-vous. Des policiers affirmaient “se régaler” lors des émeutes.

Policier de Trappes fin de service

Un autre suggérait d’envoyer l’armée. Un troisième déprimait à l’idée qu’on laisse en vie les émeutiers.

pauvre france policier trappes

Notons que ces propos ont été tenus sur Facebook. Les policiers étaient derrière leur écran et non en pleine action, hormis le policier “irréprochable” qui posta ses messages depuis son téléphone mobile, depuis Trappes. Il est quelque peu embarrassant, à tout le moins inquiétant, que des fonctionnaires de police regrettent qu’on laisse en vie des émeutiers, aussi violents soient-ils.

Cet été, Thibault de Montbrial, interrogé par Le Point, indiquait que J.L., l’auteur du contrôle d’identité, « est un policier irréprochable qui n’a jamais connu de problème disciplinaire, et encore moins de problème de violence. Il est policier depuis dix ans à Trappes et n’a jamais défrayé la chronique. » Or, selon Le Monde [3], ce policier “connu pour être régulièrement partie civile dans des procédures d’outrage et rébellion”. Simple coïncidence évidemment, dont il ne faut strictement rien déduire…

Ce policier est si irréprochable que son avocat, dans le procès intenté contre l’époux de la jeune femme en niqab, a décidé non pas d’en rester aux faits qui, selon la version policière, innocente son client, mais de botter en touche pour faire diversion en… accusant “les salafistes qui ont instrumentalisé l’incident”.

Lire – Trappes : la grossière stratégie de l’avocat du policier “irréprochable” [4]

La stratégie est grossière. Pour autant, Thibault de Montbrial n’est pas un mauvais élève de première année de droit, ce procès n’est pas une étude de cas. L’avocat évite donc le zéro pointé pour cette initiative absurde et, une fois encore, particulièrement grossière. Ouf !