- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Faux halal de Doux : mise en garde d’internautes arabes

poulet doux halal

Halalgate [1]. “Cocorico” dans les médias français et au gouvernement. Le volailler Doux va être sauvé par une société saoudienne, Al Munajem.

Peu importe si Doux, comme Tilly-Sabco, fraude depuis des dizaines d’années en vendant aux pays musulmans des poulets qui ne sont pas halal. L’estampille “halal” est là pour maquiller la fraude. Les apparences sont sauves, le business peut continuer.

En juin dernier, la presse fit état d’une perquisition au siège social de Doux après une plainte de l’organisme France Agrimer, lequel a quelques soupçons sur les pratiques du volailler. Il est reproché à Doux de faire comme bon nombre d’industriels de la filière avicole : gonfler d’eau les poulets afin d’augmenter leur poids et donc leur prix.

Lire – Fraude à l’export : le volailler Doux visé par une enquête [2]

Mais une autre fraude à l’export est totalement ignorée par les autorités françaises, qui risquent de faire sombrer la Bretagne dans une crise encore plus grave que celle que traverse actuellement la région. Plutôt que de contraindre les volaillers français (Doux, Tilly-Sabco, Salvel, etc.) à revenir à des pratiques conformes à ce qu’ils laissent entendre à leurs clients et aux consommateurs finaux, elles prennent le risque d’une crise majeure pour l’industrie agro-alimentaire française, qui est à deux doigts de voir sa réputation ruinée dans les pays arabo-musulmans.

Depuis plusieurs mois, l’image suivante circule sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook) et les forums arabes. On y voit un poulet à côté d’un emballage, celui des poulets Doux vendus dans les pays musulmans, estampillés donc halal. Problème : le poulet n’a pas la gorge tranchée, comme l’exige l’islam. Ce poulet est donc impropre à la consommation pour un musulman. Pour les internautes, c’est là la preuve que ces poulets venant du “kharij”, c’est-à-dire de l’étranger (Brésil, France, Belgique, etc.), ne sont pas halal. De tels ratés sont quotidiens et banals : les poulets abattus à la chaîne passent par un disque tranchant [3] et non pas par la main de l’homme sans qu’il ne soit possible d’assurer que la lame ne passera pas ailleurs que par le gosier de l’animal. C’est ainsi que nombre de bêtes meurent le flanc, le crâne ou encore l’abdomen tranchés.

Sur Twitter, les messages appelant à la vigilance sont nombreux. Une recherche sur le réseau social permet de tomber très vite sur ces messages, dont voici un florilège.

Juin 2012

Mai 2013

Juin 2013

Août 2013

Octobre 2013

Novembre 2013

Pour en découvrir d’autres, cliquez sur l’image suivante :

poulet doux non halal [32]

Internautes français, belges, tunisiens, marocains, algériens, soyez vous aussi les fers de lance de cette lutte du pot de terre contre le pot de fer. Diffusez l’information, soyez les médias, soyons les médias.

Regardez le reportage, diffusé sur Canal+ et D8, qui prouve la fraude de Doux : Fraude au halal de Doux – par Feurat Alani [33].